radio haneul rumeurbox


mettre içi la description

 
➥ EVENT DE LA FAC : c'est ici les amis.
➥ LES TOP-SITES : ✧ viens voter mon enfant
➥ INSCRIPTIONS : ✧ merci de favoriser la maison CHEONCHIN & YEOWANG, merci mes p'tits loups ✧

Partagez | 
 

 dare or dare ft. Han Saera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
dogsuli might
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: dare or dare ft. Han Saera   Jeu 13 Juil - 12:43
Dare or dare

featuring. Han Saera
Il était une heure du matin. C’était l’heure du crime pour les deux étudiants de Haneul. Riok & Saera étaient de bases pas vraiment de bons acolytes. Pourtant un événement peu commun les poussèrent à resserrer leur lien, à la vie à la mort. Dis comme ça, il pouvait s’agir de quelque chose de grave à l’échelle humaine, mais il n’en était rien. Une clé USB, traînant dans un couloir qui contenait les résultats des partiels qu’un prof avait par mégarde laisser tomber était désormais dans leurs mains. Ils auraient pu à tout moment la rendre et être honnêtes, mais non. La tentation était trop forte. Malgré le danger de se faire chopper et d’écoper de longues semaines d’exclusion, Riok et Saera avaient décidé de faire trembler le campus. Sous un nom anonyme, ils postent sur le flood, sur le net et osent même couvrir les murs d’affiches. La direction était folle. Et ça l’amusait Riok.

« Dépêche, je crois que le gardien va pas tarder » murmure Riok alors qu’il est appuyé contre le mur, scrutant les alentours sous sa capuche sombre. C’était leur dernière affiche et pour ne pas inciter la direction à les identifier, le franco-coréen avait lourdement suggéré de prendre tout pour effacer leurs empreintes: gants en latex, masque et vêtements sombres qui pourraient brouiller les pistes s’ils étaient aperçus. Tout ça était digne d’un film, mais c’était exactement ça qu’ils devaient faire s’ils voulaient avoir la conscience presque tranquille. Soudain, le bruit des clés se fait entendre et Riok tapote l’épaule de sa camarade de crime.

« Grouille il arrive ! »

Puis sans lui laisser le temps de coller correctement l’affiche, il lui prends le bras pour l’entraîner dans la salle de classe ouverte la plus proche et se planquer dedans, dernière la porte alors qu’il entend le vigile jurer lorsqu’il passa devant le lieu du crime. Son coeur bat à tout rompre, l’adrénaline du danger était bien présente. Il observe Saera dans l’ombre et lui fait signe de faire le moins de bruit possible.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁

My conscience has been poisoned .Infected by hate that has broken .The thoughts buried in my mind .So convinced that now I'm fighting my own self inside ♡ fucking face.
Revenir en haut Aller en bas
queen sous acide
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t34-han-sae-ra-alternative#7
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: dare or dare ft. Han Saera   Jeu 13 Juil - 13:39
Dare or dare

featuring. Han Saera
13 juillet 2017. 01h26 du matin. Bâtiment principal de l'Université Haneul. Pour l'instant nous avançons prudemment, mais jusque là, RAS. Oui, si j'ai dû apprendre à maîtriser ce langage technique d'intervention spéciale ce n'est pas pour une raison anodine, oh non, et ayant travaillé avec la mafia, je sais reconnaître une mission périlleuse... Mais l'enjeu était unique et maintenant tout le monde est sur le coup. Qui est en possession de la clé USB du Professeur Hong ? Bien évidemment, c'est nous. Riok et moi sommes devenus la cible n°1, la gazette ne parle plus que de ça, les étudiants n'osent plus sortir la nuit et les femmes cachent leurs bébés. Mais peut importe, nous détenons le savoir et le savoir c'est le pouvoir.

Seulement mettre le doigt sur un secret aussi dense que les copies du partiel du second trimestre ça change un homme. Nous devons nous cacher, mais nous ne pouvons plus reculer. C'est pourquoi on a décidé de soumettre le campus à la peur en envahissant anonymement tour leur espace. Voilà comment je me retrouve à coller des affiches dans le noir, avec une putain de cagoule qui m'obstrue la vue et me fait transpirer pendant que mon acolyte -que je nommerai désormais de son nom de code : Django- fais le guet. Je tente de faire au plus vite mais l'excitation est à son paroxysme et les gants que mon partenaire m'a forcé à enfiler s'accrochent plus au mur que le fameux message.

D'un murmure, Django me presse, nous devons faire vite. Si on se fais chopper c'est là fin, et je m'amuse beaucoup trop pour abandonner notre maléfique dessein à l'échec.

« Oui, je fais d'mon mieux. »

Je me débats avec le papiers collant qui a l'air de plus vouloir me pécho que de se coller au mur. Bordel je vais y foutre le feu si ça continue... Mais un bruit éloigné attire tout à coup mon attention. Je me fige soudainement, tendant l’oreille. Je m'efforce de chercher l'origine du bruit comme si j'avais une vision rayon x de l'ouïe.

Un tintement de métal retentis à nouveau ! Le gardien !

« Grouille il arrive ! »

Je jette un regard pétrifié à mon collègue avant de lui faire un signe de la main afin de rester discrète et je lui désigne la salle dont la porte se trouve juste à côté de nous mais sans que j'ai eu le temps de réaliser ce que je devais faire de mon matos de colleuse d'affiche, Il m'entraine par le bras vers notre abri de fortune dans lequel je pénètre en une roulade tout à fait gratuite, une véritable ninja du crime, puis, je me colle au mur. Littéralement, grâce à la colle de l'affiche qui m'a généreusement dégouliné dessus. Haletante j'essaie de garder mon calme, mais l'adrénaline est tellement forte que j'ai envie de déchirer mes fringues en hurlant et devenir toute verte avec des gros muscles. uhfuhfiygfiygmz

Du coup je me mords la lèvre avec un tressaillement de paupières. Plus j'entends les pas se rapprocher plus j'ai envie de... de... de rire, d'exploser ou de faire n'importe quoi. L'excitation déferle en moi comme une putain de drogue et je sais pas comment mon cerveau arrive encore à contrôler mon corps. Mais une voix s'élevant du couloir me glace toute entière.

« Hmm... La colle est encore fraiche. Ils ne doivent pas être loin ! »

Meeeeerde. J'articule silencieusement à l'intention de mon acolyte dont je n'ai aucune idée de s'il me voit ou non d'abord. Ils ont trouvé l'affiche, ils savent qu'on est là. Alors à pas de loups je m'approche de Django à quatre pattes pour lui toucher l'épaule.

« On a pas le choix, il faut qu'on bouge.. »

Je chuchote le plus baaas possible, même moi je ne me serais pas entendue. Je me redresse ensuite prudemment pour observer la pièce. La seule sortie est la porte que nous avons empruntée, et c'est exclu. Notre seul espoir, c'est la fenêtre. Furtivement, avec la grâce d'un félin croisé à un manchot je me fraie un passage jusqu'à l'encadrement de la fenêtre. Je n'ai aucune idée d'où elle donne mais c'est notre seul espoir. Je retire ma chaussure droite et en faisant signe à mon partenaire de se tenir prêt je lance ma chaussure le plus loin possible pour faire diversion.

« Go ! »

Ni une, ni deux, nous plongeons par la fenêtre. Aaah, quelque chose viens de me rentrer dans les fesses.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁


savage
ILGAGSU'S QUEEN
Revenir en haut Aller en bas
dogsuli might
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: dare or dare ft. Han Saera   Jeu 13 Juil - 14:04
Dare or dare

featuring. Han Saera
Django, quelle nom de code de merde. Il s’en fiche, il l’appelle Cunégonde. C’est moche, ça lui va bien. Et pourtant, lorsqu’elle commence à pouffer de rire silencieusement, le réflexe est de plaquer sa main sur celle de son acolyte qui s’est cru dans Matrix. Cette meuf le tuera à cause de son exagération. Mais pourtant, le vigile semble bien décidé à faire le tour du quartier pour mettre la main sur les garnements. Puis, sans le concerter, cette tarée décide de sauter par la fenêtre. Mais elle a un manche à balai dans la cervelle ou quoi ? Il n’a pas le temps de réfléchir qu’il s’élance à travers la fenêtre. Merde, c’est chaud et haut ! Il se rattrape sur la cuisse, et putain ça lui nique tout. Il grogne, assez fort mais pas trop, après tout, le vigile s’appelle pas Dumbo.

Il cherche sa partenaire à tâton, puis semble trouver un semblant de poitrine. Merde. Il retire sa main et se redresse tant bien que mal.

« Allez Cunégonde, lève toi on a pas le temps, il doit pas nous voir » râle-t-il en se massant la cuisse droite. Bonjour le gros bleu.

Il l’attrape par le bras pour l’entraîner vers un lieu plus sûr, aka, les dortoirs les plus proches, mais putain c’est loin quand même quand on vient de sauter d’une fenêtre du deuxième étage. Il essaye de pas traîner ni de faire de bruit, mais c’est difficile. Une fois le bâtiment des students atteint, il se laisse aller sur le côté, essoufflé.

« Mais t’es malade de sauter comme ça…On aurait pu se casser la colonne vertébrale ».
True. Bon, ils avaient l’air entier. Puis il voit l’hilarant spectacle de Saera, enduite de colle forte, une bonne partie sur ses cheveux.

« Ah Cunégonde, t’es pas douée. »

Mais Riok a déjà donné. C’était son tour la dernière fois de coller les affiches, et ses mains et bras n’avaient pas apprécié le traitement intensif de grattage pour enlever la colle. Ils étaient pas des pros, mais il en était fier. Le dogsuli sort son téléphone pour guetter la réaction du campus alors qu’il avait posté avec un compte anonyme avec un proxy -merci les amis geeks- pour ne pas être retracé à la source.

« Chaud, on est fait le buzz encore. »

L’homme sourit et montre leur trophée à son acolyte alors qu’il ressent une vive douleur à la cuisse.
« Putain, je suis bon pour plus plier les jambes avant un moment, merci Cunégonde, je t’aurais bien cassé le bras pour ça, mais j’ai encore besoin de toi et de ton art » grince-t-il avec un sourire mesquin. « Je te raccompagne à ton dortoir, enlève moi cette cagoule de ninja, on dirait un brocoli, et on va brûler les gants. »
Il prend d’ailleurs ceux-ci avant de sortir son briquet et de leur foutre le feux. Preuves détruites. Quel banditisme parfait.

« Allez, lève-toi. » Il la tire pour enlever son sweat et s’aperçoit de la chaussette orange fluo. « Tu veux faire la circulation avec ? Ah merde, on devrait récupérer ta chaussure…A moins que le vigile l’ait embarquée. »

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁

My conscience has been poisoned .Infected by hate that has broken .The thoughts buried in my mind .So convinced that now I'm fighting my own self inside ♡ fucking face.
Revenir en haut Aller en bas
queen sous acide
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t34-han-sae-ra-alternative#7
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: dare or dare ft. Han Saera   Jeu 13 Juil - 20:34
Dare or dare

featuring. Kwon Riok
A ce moment je ne sais plus où j'habites. Il fait plus noir que dans un trou d'balle et le choc de la chute m'a complètement sonnée. Je me suis étalée comme une merde sur le sol et une sorte de branche ou de caillou me rentre dedans avec cette douleur désagréable dans quand on s'écrase sur une boite de Legos.

« Oh putain... »

Je crois avoir entendu Django grogner dans un coin mais je n'ai absolument aucune idée d'où il se trouve jusqu'à ce que sa main se retrouve à me peloter le sein. Même dans cette situation il perd pas l'nord celui-là... Mais je ne peux pas m'empêcher d'en rire un peu pendant qu'il m'aide à me relever en me houspillant. Oui, oui, je viens de me balancer du deuxième frère laisse à mon p'tit corps tout maigre le temps de se remettre. Mais bon, je le suis quand même jusqu'au coin un peu plus à l'écart où il m'embarque. Ici au moins j'arrive à distinguer son visage, tout rouge, et les cheveux en batailles. Bordel il a quoi ? Je comprends vite qu'il a peut-être pas la même habitude que moi de se jeter à corps perdu vers les risques inconsidérés.

« Mais t’es malade de sauter comme ça…On aurait pu se casser la colonne vertébrale »

Roh. Je hausse les épaules avec une tête de demeurée, si je devais penser à ce que je risque avant de faire quoique ce soit je sortirai jamais de mes chiottes. Mais l'idiot a l'air de se détendre parce qu'il se fout un peu de ma gueule, bah écoutes Gérard fais-toi plaisir hein...

« Oui ben désolée, j'suis en redescente là. »

Dis-je pour me justifier. Avec toute cette agitation je suis presque devenue sobre, je me disais bien aussi que je sentais un peu trop mon corps... Heureusement, j'ai prévu le coup et je tâtonne mon soutif pour mettre la main sur une petite pills magique. J'ai l'impression de prendre la drogue de Limitless et c'est comme si vous cerveau allais par miracle renouer avec le reste de mon corps. J'essaie quand même de guetter autour de nous, il me semble pas entendre le gardien où qui que se soit aux alentours, je crois qu'on a réussi. Bordel, j'aurais donné pour ces affiches. J'ai mal partout, j'me suis sûrement pété le coccyx mais au moins on a réussi à s'en échapper.

Une lumière m'agresse soudainement, c'est Django qui me tends son téléphone : on dirait qu'on a encore semé une belle panique sur la toile ! Il faut croire qu'on a visé juste en menaçant de s'en prendre au menu de la cantine. En effet, petit à petit on monte en pression, jusqu'au jour où le campus sera à nos pieds. Je pense qu'on est des putains de génies du mal.

« Putain, je suis bon pour plus plier les jambes avant un moment, merci Cunégonde, je t’aurais bien cassé le bras pour ça, mais j’ai encore besoin de toi et de ton art » grince-t-il avec un sourire mesquin
« Je te raccompagne à ton dortoir, enlève moi cette cagoule de ninja, on dirait un brocoli, et on va brûler les gants. »

« Mais... d'accord "papa"...»

Je fais la moue et me mets à bouder en m’extirpant de ma cagoule pour lui jeter à la gueule dans un nuage de mèches bleues alors qu'il m'arrache presque les gants et la peau des mains avec pour y foutre le feu. Ooh c'est peut-être mon côté pyromane ou le cachet qui commence à faire effet mais je trouve ça vraiment très cool. En fait j'ai plus qu'une envie c'est de regarder ces deux machins puants s'embraser. En fait j'ai même oublié la mission jusqu'à ce que que Django me parle de ma chaussure. Ah merde ! Comme un réflexe je me plaque aussitôt contre le mur en mode camouflage.

« Il a du la trouver c'est sûr. On a pas le choix, il faudra s'introduire dans son bureau pour détruire les preuves. Et au passage ma chaussette est très bien, c'est un cadeau de Lenny. »

Je consulte ma montre imaginaire à la manière de James Bond.

« Écoutes on a encore une heure et 23 minutes avant que le gardien ne finisse sa ronde et que le roulement se fasse. On ne pourra pas accéder à la chaussure avant ce moment là. »

Ça y est, quand je suis partie dans mon truc plus rien n'existe autour, et je décide de faire une vérification du périmètre en rampant au sol façon militaire. A midi, clear. Une heure, clear. Et ainsi de suite. Je roule sur moi-même pour me rapprocher de mon partenaire qui observe mon petit manège, et au moment exact où je me relève en pensant que le danger est écarté : le faisceau lumineux d'une lampe torche ! On est repérés !

Oh putain, mon sang ne fais qu'un tour et en boitant de mon pied à moitié nu je me mets à courir aussi vite que je puisse. Wow j'ai l'impression d'être à vitesse lumière, je sais pas où on va et je sais même pas si c'est Django qui me tire ou moi qui l’entraîne mais on fini par se casser la gueule et rouler par terre en une grosse mêlée.

Hein... J'essaye de me situer. Mon corps... Ma main... JE NE SENS PLUS MA MAIN ! Ah non, c'est celle de Riok.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁


savage
ILGAGSU'S QUEEN
Revenir en haut Aller en bas
dogsuli might
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: dare or dare ft. Han Saera   Mar 25 Juil - 23:42
Dare or dare

featuring. Han Saera
Elle est tarée. Illuminée, folle à lier, bref tout ce que les adjectifs qualifiant de folle pouvait définir cette meuf qu’était Cunégonde. Le dogsuli soupire lorsqu’il la voit prendre cette pilule. Il n’était pas aussi bad boy qu’on pouvait le croire. La drogue était sa bête noire, la folie qui a pris sa mère, et l’a fait enduré la pire enfance qu’il soit. Lorsqu’il écoute les suggestions de sa partenaire de crime, il a soudainement envie de râler.

« C’est qu’une putain de chaussure meuf. Tu jettes l’autre et t’en achètes une autre paire, je t’en achèterai une si tu veux, mais prends pas ce risque, et merde moi j’suis claqué. »

Mais la ilgagsu ne semble pas de cet avis, faut dire qu’elle n’avait même pas l’air de l’avoir entendu. Il allait encore protester quand le faisceaux lumineux l’aveugle et il a pour réflexe de couvrir son visage de sa capuche et de partir en même temps que Cunégonde. Putain, elle est pas du tout rapide avec sa godasse en moins. Tant pis. Le dogsuli lui prend le poignet pour aller plus vite, mais voilà que les gros doués comme OSS117 qu’ils sont tombent et roulent par terre. Fuck, il avait déjà mal partout, mais là c’était pire que tout. Allez, pas le temps de faire la comédie. Il se relève et manque de retomber avant de limite traîner Saera ailleurs, essayer de perdre le vigile dans le vaste et sombre parc. Il priait pour qu’on ne les ai pas reconnus. Mais c’était presque grillé d’avance. Cunégonde avait les cheveux bleus et ça courait pas toute la fac. Il ne réfléchissait pas vraiment à ça, là maintenant il avait envie de semer ce vigile qui hurlait après eux de se stopper. Chose qu’évidemment ils ne faisaient pas.
L’orée du parc se pointa alors il en profita pour entraîner sa coéquipière sous un conifère quelconque, assez gros pour qu’on ne les repère pas.
Il plaqua sa main sur la bouche de Cunégonde, pour éviter qu’elle n’ouvre sa grande gueule.
« Tu dis un truc j’te tue » marmonna-t-il le souffle coupé alors que le faisceau lumineux se rapprochait alors que l’homme s’égosillait à les appeler.

Riok se força à ne pas penser à la douleur qui lançait sa jambe, ni au bruit des branches qui pouvaient à tout moment les faire repérer s’ils marchaient sur l’une d’elles. Il attendit encore une bonne minute avant de s’assurer qu’il était parti et tira de nouveau son nouveau chien de compagnie, puisqu’il ne faisait que la tirer partout.

« Allez, on rentre, oublie ta godasse c’est trop dangereux. A moins que tu préfères qu’on te fasse cracher le morceau même sous la torture, moi c’est non merci»

Il fallait savoir reconnaître ses limites, et il était temps qu’ils admettent qu’ils n’étaient pas les meilleurs agents secrets. En plus, si ça se trouve le gardien avait déjà démasqué leur identité, mais il ne préférait pas tenter le diable. Il se dépêcha de quitter le parc et de passer par le plus d’endroit sombres possibles, rasant les murs, attendant au moindre bruit suspect avant de s’arrêter au dortoir des Ilgagsu.

« Surtout fait pas de conneries demain. Essaye de faire comme si rien ne s’était passé. Si t’as trop mal partout va à l’hôpital Suwoong, j’y serai pour mon stage. »
Il guetta à droite est à gauche pour voir si quelqu’un arrivait, mais il ne s’attarda pas plus.

« Et jette moi vraiment cette chaussure avant qu’ils ne décident de fouiller les dortoirs ! »

Riok était un maniaque des détails. Il voyait déjà le truc. Fouilles complètes des chambres pour savoir qui était les fraudeurs, et pour tout dire, le fait qu’un dogsuli s’abandonne à ce genre de pratique rebelles avait de quoi en étonner plus d’un. Mais Riok était une exception. »

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁

My conscience has been poisoned .Infected by hate that has broken .The thoughts buried in my mind .So convinced that now I'm fighting my own self inside ♡ fucking face.
Revenir en haut Aller en bas
 
dare or dare ft. Han Saera
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Citron Qui Pleure # Will you dare to read me?
» New design juin 2012
» tarahumas | i wouldn't dare to fix the twist in you

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
maggle2night :: lendemains difficiles :: la poubelle. :: ‹ rps.-
Sauter vers: