radio haneul rumeurbox


mettre içi la description

 

Partagez | 
 

 He is my secret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
citoyen du monde
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t80-soo-rii-la-souris-qui-ro
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: He is my secret   Mar 5 Sep - 12:41
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ Tu l’embrassais doucement, un baiser simple, rien de bien glorieux ou folichon. Dans ce genre de moment c’est ce qu’il faut. « reste avec moi. Promets que tu resteras avec moi. J’ai besoin de toi, j'ai plus personne à part toi.  » Tu tressaillais légèrement. Parce que sa demande, te faisait peur. Pas parce qu’il avait un lourd secret non. Mais parce que t’avais peur du futur. De t’attacher à lui, d’avoir des sentiments et d’avoir peur d’ouvrir cette porte. Tu n’étais pas idiote, ni dupe. Cette soirée avait été magique malgré tout… Tu sais pas trop, comment t’allais gérer ça… Mais tu devrais faire avec. T’enfouissais ton visage dans son cou, en l’embrassant avant de soupirer. « Je vais rester avec toi, oui. » Tu savais déjà que ça serait compliqué, mais t’allais trouver un moyen. Le silence et le rythme de sa respiration, te fis comprendre, qu’il s’était endormi. L’épuisement, les nerfs… Tu restais contre lui, en caressant sa peau nue. Tu méditais, en fixant le vide. Tu ne saurais dire, combien de temps il te fallut pour t’endormir, mais la fatigue s’empara de toi pour te laisser t’endormir. C’est le corps, tout endoloris, que tu émergeais avec un mal de crâne pas possible. L’odeur qui t’entourait était… Bizarre. Tu soupirais avant de t’étirer. Nue comme un ver, tu frissonnais avant de sentir le corps, nue, de Bok Sun contre toi. Petit à petit, tout te revenait en tête. La soirée, l’alcool, le sexe, torride, et la confession. Vous aviez bougé dans la nuit, mais vous étiez resté collé l’un à l’autre. Le contemplant quelque peu, tu finis par te lever avec difficulté. Laissant le plaid sur lui, tu filais vers la salle de bains pour te doucher et te laver de tous tes pêchers. Ton dos était… Mal en point. T’avais mal, mais tu faisais avec. Propre, tu filais dans la chambre pour enfiler un pyjama. Tu fis craquer doucement tes articulations avant d’aller en cuisine pour préparer de quoi réparer votre gueule de bois. Une bonne soupe vous fera le plus grand bien. Frottant ton visage, tu te rapprochais de Bok Sun pendant que ça mijotait. On aurait dit un bébé qui dormait. Tu te souvenais de ta promesse avant de soupirer. Filant en cuisine, t’ouvrais le frigo pour prendre le jus d’orange et t’en servir un grand verre. Voyant le paquet de clope sur la table, tu l’attrapais avant d’en glisser une entre tes lippes. L’allumant t’aspirais longuement avant de fumer. C’était… Rare. La dernière fois que t’avais dû fumer un truc c’était avec Mika sur le toit, y’a une éternité. T’avais besoin d’un truc relaxant là. Parce que plus tu fixais l’homme au sol et plus tu flippais en fait. Tu avais déjà peur de tomber amoureuse de lui.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁

Who are you to make me keep thinking of you ?
MY PRIDE IS BRUISED, I’M BURNING UP
Revenir en haut Aller en bas
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: He is my secret   Mar 5 Sep - 20:58
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ pour la première fois depuis très longtemps, tu a pu prétendre à un sommeil tranquille et calme, sans qu'aucun cauchemar ne soit venu te réveiller en sursaut. en temps normal, allongé sur ton canapé, enveloppé uniquement par ta solitude et le noir ambiant de l'appartement, tu prenais déjà plusieurs heures à t'endormir correctement. c'est quand l'alcool faisait enfin son effet, abrutissant suffisamment ton esprit pour que ce dernier arrête de tourner à toute vitesse, et te laisser sombrer dans un sommeil sans rêves, sans cauchemars, sans rien. ce n'est probablement pas recommandé, d'utiliser l'alcool à forte dose pour faire disparaître les terreurs nocturnes, mais ça avait marché jusque-là. mais hier, tout avait changé, parce que tu avais bu mais que tu avais également profité d'une toute autre saveur : celle de soo ri. les souvenirs te frappent comme un camion sur l'autoroute alors que tu te réveille paresseusement, et c'est les yeux grands ouverts, écarquillés par la surprise et le choc, que tu te redresse. t'es seul sur le plancher du salon, le plaid désormais tombé de tes épaules nues. ce qui t'alarmait à ce point n'était pas tant les souvenirs de la veille, mais plus l'absence de la jeune femme par terre, avec toi. puis, t'entends un grésillement familier, une odeur qui t'ouvre l'appétit, et tes yeux tombent sur soo ri. debout au milieu de l'appartement, une cigarette entre les doigts, elle te fixe également. ta nudité ne te dérange pas même sous son regard qui te scrute, et tu te sens soulagé de la trouver là. elle ne s'était pas enfuie après ta confession de la veille, et tu lui devais une fière chandelle pour ça. tu frotte tes paupières, collées entre elles par le sommeil et surtout le reste des larmes séchées d'hier, avant de te décider à te mettre quelque chose sur le dos. l'appartement était déjà mal isolé quand tu y avais emménagé avec ta sœur, maintenant tu ne payais même plus les factures de chauffage, et l'endroit aurait presque pu plaire à un pingouin. tu trouve une veste qui traîne sur le dossier d'une chaise et tu l'enfile, avant de chercher un boxer pour dissimuler le bas de ton corps. un peu de décence de bon matin ne ferait de mal à personne. même si, comme tu te retournais pour considérer soo ri pour la deuxième fois ce matin, tu te dis qu'elle n'avait pas fait trop d'effort sur ce point, à en juger par la tenue légère mais effective qu'elle porte. tu sais que tu devrais probablement parler, la saluer, lui demander ce qu'elle préparait à manger, n'importe quoi pour briser ce silence presque gênant qui vous entoure. mais plus tu te rappelle d'hier, et plus ta langue se recroqueville dans ta propre gorge, embarrassée pour toi. tu la rejoins, pointant la cigarette dans sa main. « on partage ? » ta voix est gutturale, probablement à cause des cris et des pleurs que t'avais exprimé la veille, et tu racle bruyamment ta gorge pour éclaircir ton ton.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁


sale bête

j'suis un voyou, c'est comme ça qu'on dit tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
citoyen du monde
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t80-soo-rii-la-souris-qui-ro
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: He is my secret   Mar 5 Sep - 21:15
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ La réalité te frappait doucement mais plus les secondes passées, plus elle était brutale. Pas que tu ne sois pas ok avec tout ce qu’il s’était passé, mais tu ne pouvais pas t’empêcher d’y réfléchir. Non pas à cette partie de jambe en l’air, qui pourtant avait était superbe. Courte de par l’excitation, mais réellement géniale. Lui faire la réflexion comme quoi ça avait été rapide serait ignoble de ta part, parce que tout le plaisir que tu as pris à côté y a joué. En tout cas, malgré tout ça, tu n’avais en tête que sa confession et ta promesse. Tu avais promis, tu ne pouvais pas faire machine arrière maintenant… Tu soupirais longuement alors que tu contemplais longuement ce verre de jus d’orange à moitié rempli. Coudes posés sur la table, clope entre les doigts, tu entendais du bruit. Tu redressais ton visage pour le voir debout. Il s’était réveillé. Glissant la barre de nicotine entre tes lippes, tu aspirais longuement, sentant tes poumons se gonfler de ce goudron qui te tuerait. Reniflant en grattant ton nez, tu finis par recracher longuement la fumée blanchâtre. Une veste sur le dos, et un boxer, celui de la veille sûrement, tu ne te rappelles pas trop de sa couleur ni rien. Mais ça te fit doucement sourire. C’était Bok Sun. Un vrai souillon. « on partage ? » Tu regardais la clope avant de la lui tendre, sans aucune hésitation. Te décollant de la table, t’allais chercher le cendrier, avant de le poser dessus. T’appuyant dos à la table, tu observais le coréen, un peu mal à l’aise et surtout sans trop savoir quoi dire. « T’iras te doucher avant de manger ? Mets les fringues dans la machine, je les laverais. » Tu soufflais d’une voix normale avant de te tourner pour voir le plaid au sol. « Ce plaid aussi. Il schlingue. Comment tu fais pour dormir dedans chaque soir ? » Tu allais le chercher avant de filer dans la salle de bains et le jeter dans la machine. Revenant dans la cuisine tu te collais à ses côtés avant de lui prendre la clope des mains pour tirer un coup.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁

Who are you to make me keep thinking of you ?
MY PRIDE IS BRUISED, I’M BURNING UP
Revenir en haut Aller en bas
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: He is my secret   Mar 5 Sep - 21:32
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ tu croyais que tu regretterais la veille, quand t'avais la bouche sur la sienne et tes mains sur sa poitrine, entre ses cuisses. tu pensais que demain tu ne voudrais surement pas la regarder en face, que tu préférerais mourir plutôt que de devoir assumer ce que vous aviez fait. pourtant, tu te tiens quand même debout à coté d'elle, tes yeux rivés sur sa silhouette, sur son visage, ce même visage que t'a embrassé maintes et maintes fois la nuit dernière, et tu ne ressens aucun regret. il n'y a pas une seule once de remords qui s'empare de ton âme comme tu observe les marques rouges hier et qui deviennent désormais mauves sur son cou, là ou tes dents ont fait le plus de ravage. même, tu te surprends à penser que c'est plutôt joli, en contraste avec sa peau sans aucune autre trace. elle te laisse sa cigarette en faveur d'aller piocher le cendrier abandonné quelque part ailleurs. tu tire une fois dessus, prenant une grande inspiration de la fumée grisâtre, la retenant et la laissant rouler dans ta bouche pendant quelques secondes, avant de l'expirer par le nez. ça te nique les narines, mais au moins, ça te réveille. à défaut d'un bon café, dont tu te satisfais généralement d'un fond froid de plusieurs jours normalement. soo ri te rejoint à la table, s'y adossant et continuant à te regarder. tu fais pareil, tapotant la cigarette dans le cendrier avant de te retrouver avec les miettes noires sur toi. il y un sentiment de malaise considérable entre vous deux, la tension tellement palpable que n'importe qui pourrait la couper avec un couteau. « mh, ouais. je crois que l'eau chaude a été payé pour ce mois-ci, autant en profiter. » tu t'essaie à la comédie, pour essayer de briser la glace, essayant un sourire qui ressemble plus à une grimace polie qu'autre chose. peut-être que tu ne regrette rien de la veille, mais si vous continuiez à marcher sur des œufs en tournant autour de l'autre de la sorte, tu allais finir par ressentir ce regret. « merci. » pour la promesse, pour ces mots murmurés et entendus. « pour les vêtements, je veux dire. » tu la laisse s'emparer du plaid dans lequel vous aviez dormis, haussant les épaules quand à sa réflexion. « je sais pas, la plupart du temps, j'suis trop bourré pour même réaliser qu'il sent le putois. » même ta propre odeur, tu savais pas la reconnaître, c'est elle qui avait du te le faire remarquer. tu la laisse te piquer la clope, passant une main dans tes cheveux gras. avec le gel d'hier, ils s'étaient tous collés entre eux. t'allais avoir un mal de chien à les laver.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁


sale bête

j'suis un voyou, c'est comme ça qu'on dit tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
citoyen du monde
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t80-soo-rii-la-souris-qui-ro
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: He is my secret   Mar 5 Sep - 21:54
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ Tu avais encore un peu mal aux yeux, de ta soirée d’hier soir, mais ça allait passer. Tu n’avais pas beaucoup dormi. Tu savais déjà que cet après-midi tu ferais la sieste. Et cette fois, sur le lit, parce que le sol ça va bien un moment. Mais rien ne vaut le bon lit, pour se reposer comme il se doit. Et puis, même si tu ne disais rien, tu avais quand même mal au dos, et même aux cuisses. A croire que tu ne les avais pas écartées depuis des mois. C’est un peu le cas, quand tu y réfléchissais. « mh, ouais. je crois que l'eau chaude a été payé pour ce mois-ci, autant en profiter. » Tu riais doucement avant de passer une main dans tes cheveux encore humide de ta douche. « Tu me fileras tes factures. Je vais les régler, l’hiver arrive, je n’ai pas envie de vivre dans un igloo. » Dis-tu doucement en te fichant de ce qu’il pouvait penser. C’était comme dire que tu serais encore là cet hiver oui. Et que tu ne comptais pas partir. De toute façon, tu ne le pouvais pas donc… C’était vite vu. En tout cas, après lui avoir filé ta clope, tu lui proposas de laver ses vêtements. Tu ne voulais pas d’un porc. Et ça, tu allais être ferme sur ce point-là. Douche tous les jours il prendra. « merci. pour les vêtements, je veux dire. » Tu secouais la tête. Ce n’était pas grand-chose, d’ailleurs t’allais en profiter pour nettoyer ce foutu plaid qui puait le mort. Et encore, t’es pas sûre qu’un morte ça sente autant. « je sais pas, la plupart du temps, j'suis trop bourré pour même réaliser qu'il sent le putois. » Tu venais de mettre ce plaid puant dans la machine. De retour dans la cuisine, tu pris la clope, tirant dessus avant de la lui rendre. « Arrête de sortir de bourrer la gueule tous les soirs. Ça m’évitera de le laver tous les jours. » Dis-tu avant d’ouvrir le placard pour en sortir la boite de café et brancher la machine. Cherchant deux tasses tu les posais sur la table, avant d’installer de l’eau et les couverts. « Va te doucher. Le repas et presque prêt et le café sera à point. » Tu passais ta main sur sa taille, avant d’aller ouvrir son placard à fringue. Soupirant fortement, t’en sortis des fringues, qui ne puaient pas, avant de les lui donner. « Je vais laver le reste. Il serait temps de s’occuper de tout ça. » En parlant t’allais dans la salle de bains pour remplir la machine. Lessive et soupline mis, t’attendais qu’il te file les fringue qu’il portait. Il allait pas faire son timide. T’as vu sa queue de près. Très près même.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁

Who are you to make me keep thinking of you ?
MY PRIDE IS BRUISED, I’M BURNING UP
Revenir en haut Aller en bas
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: He is my secret   Mar 5 Sep - 22:23
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ lorsqu'elle parle de payer les factures de l'appartement, du moins de l'eau chaude, tu tressaille, et tu lui jette un coup d’œil discrètement. qu'elle désire s'impliquer dans la vie que vous meniez à l'appartement n'est pas nouveau, elle faisait bien les courses jusque-là. mais payer les factures, c'est d'un tout autre niveau, et tu ne sais pas si tu devrais être content qu'elle ne soit pas terrifiée de toi après ta confession, ou humilié parce qu'elle gagne un salaire plus conséquent que le tien. et encore, si sucrer l'état via l'école revient à avoir un salaire. elle arrive toujours à te prouver qu'elle se débrouille comme elle le peut, même après s'être littéralement fait kidnapper. « okay. mais on fera moite-moite alors. j'aurais l'air de quoi si je te laisse payer les factures de l'appart'. » tu réponds à son rire par un autre de ton registre. ça faisait longtemps que tu ne t'étais pas permis de te sentir aussi détendu et te permettre de tout bonnement plaisanter avec quelqu'un. t'avais même plus envie de parler d'elle comme de ta prisonnière, colocataire allait déjà mieux. même si honnêtement, tu te sentais plus proche d'elle que ce terme, mais tu sais qu'il y a des limites à ne pas traverser, même pour vous. en tout cas, qu'elle parle de l'hiver prochain te rend songeur. est-ce qu'elle comptait réellement rester avec toi dans cet appartement, et si oui, pour combien de temps ? tu lui avais bien demandé de ne pas te quitter, mais c'était sous le coup de l'émotion. du moins, c'est ce dont t'essaie de te convaincre de bon matin, passant tes mains sur ton visage pour te réveiller, mettre au clair tes idées, arriver à quelque chose de concret. à la place, tu reprends la clope qu'elle te tend, pour continuer à tirer dessus en t'affalant un peu plus contre la table. c'est un matin tranquille, un que vous n'aviez jamais vu avant. parce que normalement là, elle t'aurait déjà jeté un verre d'eau dans la gueule, et toi, tu serait déjà en train de la menacer, physiquement et verbalement. ce changement ne pouvait être que positif dans vos vies. tu sais pas si ça te rend une meilleure personne, surement pas. mais tu peux au moins t'en donner l'illusion. d'être quelqu'un de correct, passable. « ou alors, tu pourrais continuer à sortir avec moi le soir au bar. pour surveiller ce que je bois. » est-ce que tu viens tout juste d'insinuer que tu aimerais qu'elle t'accompagne à nouveau dans tes sorties nocturnes, pour finir probablement comme vous aviez finis hier ? peut-être, qu'elle l'interprète comme elle le veut. tu la regarde sortir la machine à café, vérifier ce qui bout sur la gazinière, sortir les couverts. et un bref instant, tu te dis que celui qui l'a perdu devait encore la chercher aujourd'hui. parce que malgré son caractère borné et têtu, elle pouvait être agréable comme elle l'était ce matin. la scène est terriblement domestique, c'est à se demander si tu ne rêve pas encore. tu te pince pour vérifier, murmurant un -ouch à la marque que tu te laisse toi-même. non, t'es bel et bien réveillé. la main de soo ri sur ta taille te sort de tes pensées, et sans le vouloir, par réflexe, tu touche sa main de la tienne, un contact bref mais bien présent. une fois vers la salle de bains, ou elle attend de pied ferme devant la salle de bains, tu te rends compte qu'elle fait le pied de grue en attendant que tu lui refile tes fringues. la pudeur, ça te connait pas, surtout pas après ce qui s'était passé hier. alors tu retire ta veste, pour la lui donner, puis ton boxer que tu mets toi-même dans la machine. on ne sait jamais. t'avais pas vérifié l'odeur du caleçon avant de l'enfiler. « tu sais, c'est drôle, mais j'ai jamais utilisé cette machine depuis le temps qu'elle est là. » elle va surement éclater de rire et tu vas surement avoir la honte de ta vie dans les quelques secondes qui suivent.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁


sale bête

j'suis un voyou, c'est comme ça qu'on dit tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
citoyen du monde
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t80-soo-rii-la-souris-qui-ro
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: He is my secret   Mar 5 Sep - 22:57
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ « okay. mais on fera moite-moite alors. j'aurais l'air de quoi si je te laisse payer les factures de l'appart'. » Tu te demandais, comment il voulait faire moitié dans les factures… Que tu saches, il ne travaillait pas… Alors comment pourrait-il subvenir à tout ça ? Toi, tu travaillais, et même si ton salaire, n’était pas faramineux, tu allais faire des concessions pour payer loyer et facture. Adieux les séances shopping, adieux les robes qui coûte pratiquement ton salaire… T’allais devoir, changer de mode de vie et ça t’ennuie un peu, mais au fond, si tu veux qu’il fasse des efforts, t’allais devoir en faire de même de ton côté. « Trouve-toi un travail alors, un vrai, un qui dur. Parce que sinon, tu seras vite plumé. » Tu jouais la carte de la franchise, et du strict, tant pis s’il n’adhère pas à tes paroles et qu’il le prend mal. Mais tu n’avais pas trop le choix non plus… Tu ne voulais pas d’un fainéant comme copain. Tu ne voulais pas d’un porc non plus, alors t’allais sérieusement prendre le taureau par les cornes. Il le fallait de toute façon, tu n’avais pas le choix… Il fallait qu’il arrête de boire aussi, il ne pouvait pas constamment sortir, se bourrer la gueule et finir sur le canapé à décuver et à défoncer ce pauvre plaid. Et canapé aussi. Il devait puer, le pauvre. « ou alors, tu pourrais continuer à sortir avec moi le soir au bar. pour surveiller ce que je bois. » Tu relevais le regard vers lui, avant de sourire longuement. « C’est vrai, je pourrais. » Tu marquais une pause avant de le regarder quelques secondes. « Mais que le week-end, quand je ne bosse pas. » Tu ne savais pas trop, si cette phrase qu’il t’avait dite, était un sous-entendu pour une continuité de ce qu’il s’était passé hier ou pas. Mais tu étais partante pour vérifier tout ça. En tout cas, tu installais bien rapidement le café et la table, il devait aller se doucher maintenant pour pouvoir manger quand tout sera bon niveau température. Tu passes rapidement ta main sur sa taille, et tu peux sentir, sa main te toucher aussi. Tu souriais doucement sans montrer ton visage, avant d’aller dans la salle de bains. L’attendant pour qu’il se déshabille. Quelques secondes plus tard, tu le vois, se déshabillant devant toi. Tu le regardais rapidement et tu mordillais ta langue. Tu l’avais vu en forme, et là, tu le voyais dans ce qu’il y avait de plus naturel. « tu sais, c'est drôle, mais j'ai jamais utilisé cette machine depuis le temps qu'elle est là. » Tu fermais la dite machine avant de la lancer. Te redressant tu plongeais ton regard dans le sien. « Ça ne m’étonne pas tant que ça de toi, tu sais ? » Tournant le regard vers la douche, tu te pinçais les lèvres avant de passer ta main sur le bas de ton visage. « Je te laisse te laver. » Tu l’abandonnais en fermant la porte derrière toi, avant de faire le café et t’installais sur une chaise en posant ta tête sur celle-ci. Les yeux fermés, tu attendais, en t’endormant. Au final, même là, sous la fatigue, tu t’endormais.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁

Who are you to make me keep thinking of you ?
MY PRIDE IS BRUISED, I’M BURNING UP
Revenir en haut Aller en bas
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: He is my secret   Mer 6 Sep - 22:30
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ elle a pas tort, quand elle te demande, ou plutôt te commande avec son ton de sergent de l'armée, de te trouver un travail rentable. tu pouvais qu'en profiter sur le long-terme, d'un salaire stable qui te permettrait non seulement de payer les factures de l'appartement, mais également d'économiser. tu sais pas pourquoi tu garderais de l'argent de coté, mais on ne sait jamais, tu pourrais toujours en avoir besoin un jour. mais tu sais pas, si tu devrais quitter la fac pour trouver un travail en ville à la place. l'école, tu la fréquente quasiment pas, et quand tu le fais c'est à peine si tu suis ce qui se dit. mais rechercher un travail, pour quelqu'un de ton gabarit avec une allure de voyou, t'es le premier à savoir que ça donne pas confiance. en plus, est-ce que ça ne te donnerait pas plus de chances de te faire retrouver par la police ? tes sourcils se froncent, comme tu réfléchis un instant à ses mots. « j'crois que si je veux me chercher un travail, je devrais te laisser me relooker déjà. j'ai rien qui fasse très professionnel. » et puis une fille, c'est toujours de bon conseil, non ? elles sont toujours à la pointe de la mode, connaissent les marques les plus influentes et ce qui est démodé pour la nouvelle saison. et comme tu avais déménagé les affaires de soo ri dans ton appartement, tu sais qu'elle fait une véritable collection de vêtements et d'accessoires de mode, donc elle devait s'y connaitre clairement plus que toi. finalement, elle te laisse dans la salle de bains, fermant la porte derrière elle. t'aperçois une dernière fois ses jambes nues derrière la porte, avant qu'elle ne se ferme. avec un soupir qui est empreint de toute la fatigue que tu as libéré la veille, tu t'accoude à l'évier pour observer ton reflet. ton regard est rapidement attiré par les marques sur tes épaules, et la curiosité te pousse à te retourner pour voir ce qu'il en était de ton dos. des griffures s'étalaient sur tes omoplates, passant même au travers de ta colonne vertébrale. tu t'en rappelle encore, de la façon dont ses ongles s'étaient enfoncés dans ton dos lorsqu'elle était au summum de son plaisir, accentuant le tien par la douleur. d'ailleurs, son dos à elle devait être bien pire que le tien. entre les boites aux lettres et le plancher de l'appartement, il devait la faire encore souffrir. tu cherche dans l'armoire de la salle de bains quelque chose qui ressemble à une trousse de premier soins. ta sœur en gardait une pour quand tu rentrais avec les lèvres qui saignaient, pour te rabibocher quand t'allais chercher des noises à plus fort que toi. tu te lave rapidement, obligé de passer moins de temps sur ton dos, là ou les griffures se faisaient le plus ressentir, et tu ressors de la salle de bains avec la trousse de soins dans les mains. « eh, je me disais- » tu t'arrête dans ton élan. soo ri est installée sur une chaise, sa tête penchée de façon bizarre sur cette dernière. elle ne pouvait pas être en train de dormir, quand même ? tu contourne doucement, du moins du mieux que tu le peux, la chaise, t'arrêtant en face de cette dernière pour constater que si, elle est bel et bien assoupie. la trousse de soins se fait oublier sur la table, comme tu t'accroupis pour observer son visage depuis le dessous, un sourire amusé sur les lèvres. c'est pas quelque chose que tu dirais haut et fort, parce que c'est gênant, mais ses traits sont tellement plus sereins et apaisés lorsqu'elle dort. tu te demande si elle le sait. avant même que tu ne leur demande de bouger, tes doigts se trouvent d'eux-mêmes près de son visage, repoussant une mèche de cheveux tombés devant ses yeux. ils se perdent en cours de chemin, le dos de ta main effleurant sa joue. si toi, tu te sentais mieux après la soirée de la veille, soo ri avait l'air d'en être ressortie plus éreintée qu'autre chose.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁


sale bête

j'suis un voyou, c'est comme ça qu'on dit tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
citoyen du monde
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t80-soo-rii-la-souris-qui-ro
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: He is my secret   Jeu 7 Sep - 14:40
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ « j'crois que si je veux me chercher un travail, je devrais te laisser me relooker déjà. j'ai rien qui fasse très professionnel. » Tu le regardais en le détaillant longuement. Tu n’avais pas trop envie de toucher à son visage. Tu l’avais toujours trouvé moche, et bizarrement là. Tu le trouvais un peu différent d’hier. Tu te mis à sourire légèrement avant de fourrager ses cheveux. « On te coupera un peu les cheveux. Et puis pour les fringues… On fera du tri un peu. » il n’avait pas de mauvais goût non plus. Bien au contraire. En tout cas, bien rapidement, tu l’abandonnais là, avant d’aller faire le café pour t’asseoir sur la chaise de la cuisine. Croisant tes bras sur la table, t’y posais ta tête en te sentant t’endormir. Il est clair que si on te mettait dans un lit, tu t’endormirais comme un bébé. Et pourtant, sans même t’en rendre compte, t’étais tombée dans les bras de Morphée. Tu dormais paisiblement sur cette table, dans la cuisine. Tu ne saurais dire, combien tu avais dormi, mais quand tu sentis quelque chose toucher ta joue, tu frissonnais longuement avant d’entrouvrir les yeux. Tu croisais le regard de Bok Sun. Un sourire se logea sur ton visage alors que ta main, attrapa la sienne. La serrant longuement, tu inspirais profondément avant de le tirer vers toi. L’odeur du shampoing et du savon te firent encore plus frémir. « Tu sens bon. » Ta voix était un peu roque et cassée, ce n’est pas grave ça allait revenir. Bientôt. Tu continuais d’humecter son odeur avant de déposer tes lèvres sur son cou, là, où se trouvait une trace de suçon, que tu lui avais infligé hier soir. « Le café est prêt, tu peux l’amener sur la table ? » Avant de finir par devenir folle, tu te relevais avant de coiffer ses cheveux en arrière. Tu aimais bien quand il était coiffé ainsi. Sans attendre, tu coupais le feu sous la soupe avant de la déposer sur la table pour en servir dans les assiettes. Ce n’est pas que mais la tension, pour toi était palpable. Non. Aujourd’hui il fallait que tu mettes tes idées au clair. Hors de question de faire autre chose que parler. Tu te laissais tomber sur la table en regardant la trousse de secours que tu attrapais. « Tu es blessé ? » Tu te tournais vers lui en le regardant un peu inquiète.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁

Who are you to make me keep thinking of you ?
MY PRIDE IS BRUISED, I’M BURNING UP
Revenir en haut Aller en bas
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: He is my secret   Jeu 7 Sep - 16:55
and i think this could be it, secrets shared over black drinks and low lights, our eyes shining with millions of galaxies no one knows the name of. let's become strangers again, start again, talk like we're meeting for the first time. let's tell the truth and like the way it makes us weak, how it will break us so that we can build together a whole new us. if there is even an us to speak of, if you and i can mix without separation waiting for us at the end, every time. no one but us is gonna know what the other is made about : mud, sweat, blood and tears.(beerus)
fascination
☆ bok sun & soo ri ☆

tenue+ tu pourrais t'y habituer, à ce genre de scène domestique. te réveiller après une longue nuit, trouver soo ri installé dans la cuisine, assoupi près de la machine à café, des tasses déjà prêtes pour vous deux. et c'est peut-être ce qui te faisait le plus peur, tirant à chaque fois de plus en plus sur ton cœur. ça fait longtemps que t'a rien ressenti d'aussi proche de l'amour, et c'est peut-être ce qui t'effraie. au point ou tu désire retirer tes doigts de son visage, mais que t'y arrive pas. tu préfère les garder contre sa peau, et profiter de la chaleur qui s'en dégage. toi qu'avais tué quelqu'un, toi qui avait imprégné quelqu'un de la froideur d'un cadavre, tu t'étais pas permis de toucher les autres trop longtemps. c'est un peu comme si t'as peur de leur donner également la mort, par un simple contact. tu sais que c'est stupide, que ça n'arrive pas dans cette réalité comme ça, en un claquement de doigts. mais tu te fais pas confiance, tu sais pas de quoi t'es capable si tu te laisse aller encore une fois, comme avant. ici avec soo ri, tu veux te permettre de faire ce que tu te refusais tellement. « la belle au bois dormant ouvre les yeux ? » en effet, sans que tu ne sache si c'est toi qui l'avais réveillée en effleurant sa joue, ses yeux papillonnent, avant de tomber sur toi. le sourire qu'elle affiche doit être le reflet du tien. avec les rayons du soleil qui commençaient à s'infiltrer dans l'appartement, à travers le rideau à moitié déchiré, elle ressemble encore plus à ce que tu avais cru voir hier, un ange, une déesse. tu t'en veux d'avoir pensé de telles choses d'elle, parce que même ces mots ne décrivent pas à quel point elle fait trembler tes doigts et vibrer ton cœur. tu te demande si elle le sent, sa main serrée dans la tienne, comme elle te tire vers elle. son commentaire sur ton odeur te fait rire, rire qui se casse rapidement lorsqu'elle pose ses lèvres sur ton cou, là ou les suçons qu'elle t'avait laissée la veille se voyaient encore. « ça doit changer de d'habitude. même moi j'apprécie. » c'est clairement mieux de sentir le propre que de renifler le putois, il n'y a pas photo. tu ne t'en rendais pas compte avant, parce que t'étais complètement avachi dans ta misère, à t'enfoncer encore et toujours. tu gisais dans ton vomi et ta merde et ça ne te dérangeait pas, et il avait fallu quelqu'un comme soo ri pour t'ouvrir les yeux. il était vraiment trop tôt pour se prononcer sur quoi que ce soit, votre relation ou ton état, mais tu te sentais mieux qu'avant, définitivement dans l'idée de faire mieux et de commencer à prendre soin de toi. ou plutôt, de commencer à faire ton deuil, enfin. de ta main libre, tu caresse ses cheveux, tu les mets derrière son oreille puis tu les enlève à nouveau. ça t'occupe, ça te rend calme. la présence de soo ri elle-même te détendait au maximum, et tu n'en reviens pas. parce qu'il y à peine quelques jours, la voir suffisait à te mettre en rogne, comme un taureau qui verrait le drapeau rouge sous ses yeux. comme quoi, vous pouviez vous entendre, si vous faisiez des compromis. un grognement de contentement sort de ta bouche lorsqu'elle se relève et coiffe tes cheveux. t'aime bien avoir ses mains dans tes cheveux, tu sais pas pourquoi, mais tu veux pas qu'elle arrête de sitôt. cependant, il y avait plus important, comme vos estomacs affamés après la cuite d'hier soir. tu te relève aussi, pour verser le café dans des tasses propres et les déposer sur la table, tandis que soo ri dépose ce qui semble être de la soupe bouillante sur cette dernière. « ah, non, c'est pas pour moi. c'est pour toi. ton dos doit te faire mal, non ? » explique-tu après qu'elle t'ait rappelée l'existence de la trousse de soins. tu ne sais pas si tu serais capable de traiter ses blessures, toi et tes mains qui ne font que du carnage sur leur chemin, mais tu veux bien essayer.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁


sale bête

j'suis un voyou, c'est comme ça qu'on dit tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: He is my secret   
Revenir en haut Aller en bas
 
He is my secret
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Secret Story Rpg (toutes les saisons)
» Secret Story Saison 5 RPG recrute un Modo !
» [Emy] Secret
» Secret Story 5, débarque sur BboxTV
» code secret oublié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
maggle2night :: séoul city :: arrondissement de hongdae. :: ‹ résidences.-
Sauter vers: