radio haneul rumeurbox


mettre içi la description

 
FERMETURE DU FORUM.

Partagez | 
 

 some love behind pills. ft. lenny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
kiss my ass
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t408-gigi-valium-dans-ton-re
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: some love behind pills. ft. lenny   Mar 25 Juil - 14:39
some love behind pills

featuring. le ginny
tenux du cux ƒ « sérieusement. tu compte rester là ? j’dis ça j’dis rien hein mais j’ai un rdv moi. » je suis là, seule sur le toit de l’église entrain d’allumer la soixante-dixième bougie colorée senteur patchouli, histoire de me foutre dans l’ambiance comme jamais. quoique j’y suis déjà pas mal dans l’ambiance, étant donné la conversation glauque que j’ai depuis tout à l’heure avec mon hallucination de scharzenegger habillé en prêtre. il est là ce con, il me lâche pas, entrain de jouer aux billes pendant que moi je prépare un pic-nique magique à mon mec. je lève les yeux au ciel et comme par magie  mon scharzenegger hallucinogène s’évapore. décidément je devrais revoir le dosage mais avec trois pastilles à la menthe dans le ventre depuis ce matin -comme tous les autres matins d’ailleurs- j’ai du mal à discerner le réel de l’irréel. je gobe un xanax en soum-soum parce que je me sens mal. en fait je me sens pas mal mais il y a toujours un certain pourcentage de chance que je finisse par me trouver mal. du coup, jamais, mais ça on le saura jamais puisque je viens d’avaler l’un de mes xanax journalier. je me penche par-dessus l’une des gargouilles histoire de guetter l’arrivée de mon mec. ou du moins ce qu’il devrait en rester après le bordel qu’on a foutu chez les cheonchin la veille. je tente d’ouvrir l’une des nombreuses bouteilles de vin que j’ai du demandé au jardinier de m’amener. toute force venait de me quitter, en même temps avec tout ce que j’ingurgite par jour je trouve ça hyper miraculeux d’avoir encore la force d’aller chier. du coup, je louche sur la bouteille pour tenter de la déboucher par le pouvoir de mon esprit. je force tellement qu'un petit pet m'échappe - dans le genre foireux- et je tente une mine contrite de peur que scharzenegger ne m'ai entendue et tente de revenir bousiller mon rencard.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁


take your pill and shut up bitch Violet le matin. Bleu l'après-midi. Orange le soir. Les voilà mes trois repas, monsieur le petit malin. Et vert le soir. Aussi simple que ça. Un deux trois quatre.
Revenir en haut Aller en bas
ilgagsu's porn star
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t226-lee-lenny-porn-in-disgu
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: some love behind pills. ft. lenny   Mar 25 Juil - 17:49
some love behind pills

featuring. le ginny
$wagSa tête a tapé toute la matinée et même ses lignes de lendemain de cuite n’ont pas réussi à débloquer son système nerveux. On lui a dit de boire de l’eau alors il a bu un verre d’eau. Il a peur de se noyer alors il ose pas prendre le conseil au pied de la lettre. Incapable de sortir de sa chambre, en PLS toute la journée, accroupi à côté de son lit à textoter comme une bonne victime de son fil de chargeur trop court, il a calé entre deux sextos à Seo Jun un meeting avec Gigi. La girlfriend, du coup. Torû a fermement dit non pour l’inviter dans la chambre, Lenny comprend pas pourquoi mais askip ça pue le cadavre. Il se traine, s’est reprit un peu de poudre avant de bouger son cul histoire d’être un beau gosse opérationnel devant sa belle. Elle est perchée sur le toit de l’église, il le sait parce qu’elle lui a dit et il le sait aussi parce que c’est leur lieu de rencontre fétiche, il le sait aussi parce qu’il la voit tandis qu’il débarque tranquillement les mains dans les poches, mains qu’il sort pour saisir son portable au passage. Chat. texto envoyé, juste parce qu’elle a l’air du plus mignon des chats de gouttière et parce qu’il aurait aimé se délecter de la voir se ruer sur son téléphone mais elle a l’air trop occupée. Manquant de se casser la gueule trois fois en grimpant à l’échelle il finit par arriver en haut dans un soupir de victorieux et se penche de ¾ pour enlacer sa beauté qui s’acharne sur sa bouteille de fin.« Gigiiiii coucou mon petit chat. » Il frotte son visage contre le sien dans un ronron silencieux et dépose un bisou sage sur sa joue, heureux de retrouver sa chatounette. Déployant ses grandes jambes de chaque côté de miss Bang pour s’asseoir derrière elle. Repliant ses jambes dans un piège parfaitement tendu, il s’approprie la bouteille au passage. « Putain j’espère que ça va me remettre d’aplomb, j’étais à deux doigts de venir ici en roulant sur mes oreilles. » POP. Bouteille ouverte après avoir tiré dessus comme un forcené à défaut d’avoir l’ingéniosité d’utiliser la bonne technique. « Raconte moi ta journée. » Un petit classique tandis qu'il se garde la bouteille. Si elle veut boire il faudra qu'elle vienne chercher dans sa bouche.
Revenir en haut Aller en bas
kiss my ass
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t408-gigi-valium-dans-ton-re
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: some love behind pills. ft. lenny   Mar 25 Juil - 18:10
some love behind pills

featuring. le ginny
tenux du cux ƒ Bon okay, pas d’hallucinations pour le moment, le game est en marche tout roule comme sur des roulettes. ou presque parce que j’ai toujours pas réussi à ouvrir la bouteille par la force de mon esprit. j’ai beau essayer mais j’ai trop peur qu’un de mes xanax me ressorte par les trous de nez alors j’arrête. un bruit de reniflement résonne dans ma poche. oh, ça c’est lenny. surement un texto. bah ouais, chacun sa sonnerie. ce petit reniflement me réconforte depuis un bail déjà. le problème c’est que je touche pas mon portable, mon radar à bite personnelle s’éclair. il est là, j’le sens. enfin surtout parce que ça sent le lendemain de soirée. qu’il ai prit une douche m’importe peu, alors je suis l’odeur du bout du nez. hop, je manque un hoquet en sentant une étreinte gigantesque autour de moi. ouais parce qu’il est très grand ce con. je peux pas trop bouger alors je tente de pivoter sur moi-même tel un boudin plein de LSD. je relève ma tête doucement et laisse mes yeux s’écarquiller lentement. ou maybe ils se ferment ? je sais plus trop à vrai dire ça fait des années que je vois double. « mon p’tit chéri. » je marmonne alors qu’il m’étouffe en frottant son visage contre le miens. je fais de même en poussant des petits cris de chien battus, parce que ses oreilles son nez me chatouille. ou serait-ce les grain de coke qui pendouillent de son nez ? va savoir. ni une ni deux je me retrouve emprisonner entre des longues jambes et je prend place dans mon cocon habituel. y a rien à dire c’est le meilleur endroit du monde, peut-être même meilleur que la pharmacie du coin. je le voit ouvrir la bouteille avec aisance et le regarde avec une légère pointe de jalousie. c’est sûr qu’avec la diarrhée que j’ai dans les bras je me demande comment j’arrive encore à m’habiller. enfin quand je le suis. pas toujours donc.

ce que mon chéri veut, mon chéri aura. enfin c’est facile à dire parce qu’il est comme moi du coup ça fait style je suis une nana attentionnée. « si tu veux te remettre d’aplomb va falloir venir chercher ça…. » je sors un sachet de pilules vertes et bleus de mon nichon droit. magie des winx : hop je range le sachet. « va falloir venir le chercher. » tout comme ce vin qu’il a en sa possession. échange de bons procédés ? JAMAIS. non. alors je me penche tout contre lui telle une larve en lui faisant les yeux doux pour qu’il me fasse boire un coup. « ma journée tu dis….. hum. j’ai vu schwarzy’ tout à l’heure. il jouait encore aux billes. et puis j’ai gerbé dans les roses de mon psy à midi. je me suis enfuit. après c’est vague… » pas tout à fait vague en vrai, j’avais décuvé de mon coma médicamenteux sur le toit de l’église toute la fin de journée. « OH PUTAIN. » je me recroqueville sur moi-même et me cache sous le pull de lenny. je l’ai vu. je l’ai vu ce putain de poney. je vous avais dit que j’avais un souci avec les hallu’ de cheval en ce moment.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁


take your pill and shut up bitch Violet le matin. Bleu l'après-midi. Orange le soir. Les voilà mes trois repas, monsieur le petit malin. Et vert le soir. Aussi simple que ça. Un deux trois quatre.
Revenir en haut Aller en bas
ilgagsu's porn star
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t226-lee-lenny-porn-in-disgu
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: some love behind pills. ft. lenny   Mar 8 Aoû - 17:36
some love behind pills

featuring. le ginny
$wag & lacet défait Gigi c’est ma constellation à moi, la mienne, ma perso, celle qui m’offre tout son univers quand je me plonge dedans au sens propre comme au figuré parce qu’on est trop fusionnels. Enfin… pas trop mais j’me sentais pas de jouer trop dans le romantisme, fallait que je trouve une solution. Bref j’comprends pas pourquoi elle s’est fait débrider les yeux pour ressembler à un hibou éberlué si c’est pour tout le temps les plisser pour imiter les miens, j’pense que c’est l’effet miroir miroir. Je la câline comme mon doudou, parce que c’est mon doudou à moi, encore plus mignonne qu’un petit chiot quand elle couine comme un bébé bouledogue empoté. Je l’enferme tout contre moi pour être sûr qu’elle s’envole pas et pour pouvoir la secouer si jamais ses médocs l’endorment, même si je sais que c’est une warrior. Elle a un potentiel de survie hyper élevé ma Gigi.
J’ai la bouteille de vin entre mes mains mais ça compte plus, j’pourrais la balancer par-dessus le toit tellement j’en ai plus rien à foutre. Mes yeux s’arrondissent, genre c’est moi qui imite les siens là lorsqu’elle me nargue avec son sachet de pilules vertes et bleus. Des petits martiens. Je veux les bouffer. Tous. « Visite chez Jean-Michel ? » ou Nadine ? Perso’ je préfère Jean-Mi parce qu’il est un chouuuuille plus gonflé. Je fourre ma main dans sa corbeille sans œufs pour partir à la recherche des cailloux du Petit Poucet mais ma main droite se retrouve coincée entre le nichon de Gigi, Jean-Mimi donc, et mon moi extérieur quand elle se glisse contre moi avec ses yeux de biche sous sédation trop kikinette. « Oh Shwarzyyy ! Il va bien ? J’ai maté Sex Lives of the Potatao Man, tu pourras lui dire que c’était bien de la merde. » Il peut se les garder es recommandations pourries le Shwaga. Et puis tout ce qu’il retient Lenny c’est la gerbe de Gigi sur des fleurs. Le président du club de botanique qui sommeille en lui se réveille et il tapote son annulaire sur le sein de la rebelle comme un professeur réprimandant son élève avec un air faussement sérieux, sourcils relevés et les yeux plantés dans ceux de la belle. « Tu peux pas faire ça Gigi. Même si les roses sont les ennemies des Tulipas il faut pas les tuer avec ton acide gastrique. » WALA ! C’est quoi ce cri ?! J’ai sursauté comme une tata, faisant valdinguer la bouteille de vin qui s’éclate sur la voiture du prêtre. J’crois qu’elle prend trop les choses à cœur…. Comment j’vais lui annoncer qu’il y a plus de vin putain ? « Mais chaton c’était pas contre toi… » je pose mes mains sur la bosse que forme sous dos sous le tissu et je la secoue un peu tout contre moi, parce que v’là en plus j’ai toujours eu peur qu’elle ait ses réflexes qui se réveillent un jour et que je m’en prenne une géante. « Putain mais en vrai en tu les as vus ? » Non putain je comprends maintenant... c'est chaud sa mère ça annonce la guerre. « Ils sont venus récupérers les pills ? J'vais les défoncer t'inquiète mais si moi où ils sont j'vois rien. » faut bien que sa chirurgie lui serve à quelque chose. J'regarde le ciel mais impossible de distinguer une secoupe volante. Ouais j'glousse aussi parce que ça chatouille les cheveux de Gigi sur mon torse.
Revenir en haut Aller en bas
kiss my ass
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t408-gigi-valium-dans-ton-re
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: some love behind pills. ft. lenny   Ven 18 Aoû - 21:18
some love behind pills

featuring. le ginny
tenux du cux ƒ je suis toujours collé à ma moitié quand il coince sa main dans mes nichons. faut dire qu’ils sont vicieux sur les bords ces cons, j’ai appris à les dompter face à la soif de Len, je pourrais prendre au piège un tas de pénis ambulants d’une seule contraction. je me dis que ce qui est possible dans ma tête sera possible dans la vie réelle, je veux dire, en dehors de ma tête. c’est le principe de l’effet placebo, je m’auto-persuade et les choses arrivent. ou du moins je crois qu’elles arrivent. ça tombe pas toujours dans le mille. alors qu’un sourire vénéneux se dessine sur ma bouche je lance un regard aguicheur à Lenny, gardant sa main prisonnière dans mon décolleté. « tututut jeune abricot, j’te file un p’tit martien mais en retour tu me donne un truc. » finalement l’échange de bons procédés tombe pas à l’eau. j’arque un sourcil alors qu’il me parle d’un film pourrit à souhait de Shwarzy. « c’était tellement de la merde que j’ai comaté avant la moitié du film. quoique les xanax devaient y êtres pour quelques chose. j’pense. » mon regard devient vitreux, et je suis absente pendant un instant avant de pousser un petit juron habituel en voyant une énième fois cette hallucination chelou sur les poneys.

ça commence à devenir grave, trop grave, alors j’ignore ses reproches. je vomis où je veux, et là j’ai pas pu tout contrôler okay ? et puis y avait que de la bile, petit engrais acide pour les roses du psy. le poney me fait de l’oeil derrière Lenny alors que je plonge à travers son tee-shirt. j’me sent sécurité ici, ça sent un peu la vieille fille et l’alcool bon marché, mais mon Lenny il à toujours cette putain d’odeur de tulipes sur lui, hyper agréable. alors je cligne des yeux et le poney disparaît. je retrouve ma faible sérénité et me dégage de Lenny, lui cédant finalement une petite pilule magique. l’esprit de guerrier de Lenny se manifeste au moment où le poney réapparait, toujours derrière lui. c’était un putain de guettapan, il est revenu cet enfoiré. « LA ! LENNY PUTAIN LAAAAA! » ma voix déraille et je m’étouffe, un doigt tremblant vers l’hallucination haute en couleur derrière lui. je fini par me dégager complètement, roule sur le flanc, me crâme une fesse avec une bougie senteur patchouli et je m’aplatis derrière une énorme VMC qui évacuait l’air impure de l’église. « BUTTE LE ! non. je sais pas. fais le partir Lenny. il va voler nos martiens ! » je parle par coupure, ma voix pleine de détresse. la plupart de mes hallu’ étaient là pour deux choses, se moquer de moi ou bien me voler mes précieux bonbons. je tend une main faible vers une bouteille de vodka et la balance en direction du poney. ladite bouteille vient passé par-dessus la limite du toit et s’éclate en bas. priant pour ne pas avoir tué le prêtre, je gobe un autre xanax. tout irait mieux dans un instant. subitement, là, allongée avec paresse, je serre les cuisses. « Je… j’connais un bon moyen de faire partir le poney. » le regard toujours aussi vitreux, je tourne la tête vers Lenny et lâche un « prends-moi. » plutôt sympathique.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁


take your pill and shut up bitch Violet le matin. Bleu l'après-midi. Orange le soir. Les voilà mes trois repas, monsieur le petit malin. Et vert le soir. Aussi simple que ça. Un deux trois quatre.
Revenir en haut Aller en bas
ilgagsu's porn star
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t226-lee-lenny-porn-in-disgu
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: some love behind pills. ft. lenny   Ven 1 Sep - 15:38
some love behind pills

featuring. le ginny
$wag & lacet défait
j’ai pas besoin de discrétion ni de distinction pour tripoter Gigi, j’enfourne ma main où j’veux. et puis c’est chaud là-dedans, j’ai l’impression que ça m’accueille comme deux gros coussins avec marqué Welcome dessus. du coup j’vais chercher ce qu’il y a à prendre, hein, et c’que je récolte c’est le regard de chaudière de Gigi. ça fait glisser un sourire sur mes lèvres et ça fait trembler mon être. j’crois que ce qui monte en moi peut s’appeler de l’excitation. j’crois, ouais, parce qu’avec tout ce que je prends je ne suis plus sûr de tout ce qui se passe en moi. bref Gigi on en dira ce qu’on voudra mais elle a pas le sens du business, même moi je peux le remarque car j’ai toujours tout à y gagner. ce qu’il y a de bien avec ma princesse c’est que j’ai toujours l’impression de briller d’intelligence. son cerveau est beaucoup plus pété que le mien, ça fait plaiz pour une fois. « tout ce que tu voudras je suis tiens. » je serais prêt à me prostituer pour elle. ma main vient englober tout son sein, étrangement pas proportionnel à son petit corps de gazelle, je la pelote et je ronronne, la serrant contre moi et plongeant mon visage dans son cou qui sent la douceur du patchouli avant qu’elle critique l’œuvre que je lui ai conseillé sans pudeur. j’en sursaute dans l’indignation. « putain mais tu peux pas parler comme ça j’te jure ! on le matera ensemble. nan t’sais quoi on en mattera un autre. je te promets que tu kifferas comme jaja. » j’ai mon arme secrète pour la faire kiffer ma Gigi. j’mexcite tout seul et elle elle réagit pas, elle plane. c’est l’amour c’est normal.

deuxième indignation putain, elle peut pas vomir sur des roses. c’est pas des tulipes mais ça n’excuse pas tout. y a une morale putain. j’suis un chevalier alors j’ai gagné la pilule. elle brille comme le saint grâal c’est ouf, je l’attrape et la gobe. « LA ! LENNY PUTAIN LAAAAA! » ah putain que quelqu’un m’aide je suis en train de m’étouffer. je tousse, frappant sur mon torse comme un gorille pour faire passer la pilule. c’est trop précieux je veux pas le recracher. mais pas le choix, elle s’envole vers d’infinis horizons. c’était une soucoupe volante en fait. le délire. « putain mais nos martiens s’envolent de toute façon ! ils sont partis ! » ils se cassent en soucoupe volante pour nous échapper qu’est-ce que je peux y faire moi ? je peux pas le sauver. je peux pas sauver Gigi. et merde, je suis vraiment une merde en fait. … c’est quoi cette bouteille !!! ça me frôle de justesse, j’ai le reflexe coké de me décaler violemment vers la droite. j’ai vu ma dernière heure en un quart de demi de fraction de seconde. «mais si tu me tues je pourrais pas le faire partir ! » c’est la panique dans mon viseur là j’ai l’impression d’être dans un Indiana Jones version moi. « j’te jure je vais le cogner il me casse les couilles à interrompre nos rencards à chaque fois. » je frappe le vent comme un vénère sans directive, je fais du crawl en plein air. « je… j’connais un bon moyen de faire partir le poney. » je la regarde, elle me regarde, elle voit que je la regarde, je vois qu’elle me regarde, bref on s’est regardés. ça m’a stoppé net et y a tout son corps qui appelle le mien à coup de force magnétique. la demande et clair, elle sait comment me parler pour que je comprenne ma Gigi. docilement, comme si elle venait de me lancer un sort qui contrôle tout mon être, je m’avance vers elle sans un mot et je m’accroupis au-dessus d’elle. j’la contemple dans sa beauté, j’admire les traits de son visage qui se calment sous l’effet du xanax. waw. c’est ouf comme là, tout de suite, j’ai grave envie d’elle. doucement je me penche et attrape son visage pour lui coller un bisou doux sur les lèvres, la bouche en cœur. mon cœur, lui, il bat déjà plus fort comme si j’étais déjà rentré dans l’euphorie de l’action. je plonge mes prunelles dans les siennes, ça pétille d’étoiles et ça me fait sourire, je plane. je descends, collant des baisers dans son cou, mes mains glissant sur ses cuisses douces comme de la peau de pêche que je caresse comme la plus précieuse des denrées.
Revenir en haut Aller en bas
kiss my ass
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t408-gigi-valium-dans-ton-re
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: some love behind pills. ft. lenny   Lun 4 Sep - 11:33
some love behind pills

featuring. le ginny
tenux du cux ƒ Un regard, puis un autre regard. Un échange de regards. Un échange bien entendu. Bien compris. Le courant passe, le jus aussi, l’amour pourquoi pas. Je serre toujours mes cuisses. Au diable la mort du prête par attaque de tequila, au diable ce poney merdique qui me poursuit nuit et jour depuis un mois. Je finirais par l’avoir, un beau jour. Alors que je gigote sur le sol, le regard fiévreux et l’envie vorace de me faire prendre là maintenant, tout de suite, je cligne fort des yeux et vois des étoiles danser sous mes paupières. C’est pas le moment de tourner l’oeil putin, j’aurais peut-être pas du prendre ce dernier Xanax mais c’est plus fort que moi. l’odeur du patchouli se fait enivrante à travers l’odeur des tulipes de ma moitié.

Puis il est là, splendide, accroupi au-dessus de moi. Ses oreilles créant un parasol d’ombre autour de nous. Je louche sur ses trous de nez plutôt mignons. J’ai presque envie d’y fourrer mon doigt mais l’heure n’est pas au jeu. l’heure est à une toute autre sorte de jeu. Il me domine de tout son être et je me sens toute petite subitement. Je me dis que je vais prendre du lourd aujourd’hui, mais en soit, ça change pas des autres jours. Alors le dernier Xanax fait bien son effet, je me sent subitement détendue, sereine, planante, aussi molle que le godemichet de Saera. Mon âme se contorsionne en un afflux pesant de couleurs et les étoiles continuent de danser devant mes yeux. Alors que ses mains attrape mon visage, je me sent exploser de l’intérieur alors qu’il m’embrasse. C’est dingue, même après avoir passé ma vie à lui manger la bouche entre deux trois petites pilules magiques, l’effet est toujours aussi délicieux et nouveau. Alors je me laisser aller, mon regard vitreux rivé au sien. Je me sens loin, tellement loin que j’en oublie les poneys, les schwarzy et compagnie. En cet instant pur et dur il n’y a que nous dans une dimension cosmique, colorée et douce comme une nuit d’été.

Ses mains glissent le long de mes cuisses et je frétille comme une anguille, sujette à un micro-orgasme. Ouais, ce qu’il y a de bien quand on est pleine de médocs, c’est qu’on ressent puissance dix chaque seconde de notre vie, chaque geste. Alors je glisse mes mains sous son t-shirt et mes ongles viennent remonter le long se sa colonne vertébrale. Je vois bien les petits space invaders peints dessus se frayer un chemin à travers sa peau halée. Puis je roule sur le côté. Bon okay, je me loupe en premier temps parce que j’ai la force d’un mouche sous acide, mais je finis par y arriver, puis je le chevauche de tout mon poids. Bras levé en l’air, comme une offrande à la vie, les yeux fermés et la tête renversée en arrière je lui demande, nan, je lui ordonne gentiment : « Déshabilles-moi. » et je reste là, bras tendus vers le ciel. Un doux chant indien se fait entendre, la musique jouant toujours depuis son arrivé. Tant de perfection en cet instant que j’en verse une petite larme. La danse de la pluie commencera incessamment sous peu.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁


take your pill and shut up bitch Violet le matin. Bleu l'après-midi. Orange le soir. Les voilà mes trois repas, monsieur le petit malin. Et vert le soir. Aussi simple que ça. Un deux trois quatre.
Revenir en haut Aller en bas
ilgagsu's porn star
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t226-lee-lenny-porn-in-disgu
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: some love behind pills. ft. lenny   Sam 9 Sep - 15:51
some love behind pills

featuring. le ginny
$wag & lacet défait
Gigi c’est mon évidence. J’ai été con, j’ai mis longtemps à m’en rendre compte. Et même si parfois je ne peux pas m‘empêcher de penser à d’autres et de me glisser dans leur lit au fond je ne veux qu’elle. C’est elle qui fait vibrer mon être comme n’importe quelle drogue n’a jamais réussi à le faire. Quand je la vois, rien que son visage me provoque un élan de chaleur. Comme si, tout à coup, je n’étais plus seul. Elle m’invite à me réfugier dans ses yeux chaque fois que je croise son regard, tout comme je veux l’encercler de mon étreinte pour la protéger et l’aimer dès qu’elle s’approche de sa démarche lente et endormie. Gigi j’ai envie de la réveiller avec tous nos rêves et qu’on les mette tous en place. C’est la seule qui est prête à me suivre dans tous mes projets, la seule qui y croit, la seule qui y sourit avec ses airs dépassés mais heureux. On n’a même pas besoin de parler, nos corps se comprennent. Alors forcément quand elle me regarde, avachie avec ses airs de Vénus je ne peux que répondre à cet appel ultra sonore.

Ca met tous mes sens en éveil, et c’est pas mince affaire, d’entrer au contact de sa peau. C’est habituel pourtant, je crois même que qu’on baise plus en une semaine que la moitié de la Haneul réunie, mais c’est pas de ma faute à chaque fois c’est meilleur. Le corps de Gigi je le connais par cœur, je pourrais la reconnaître les yeux fermés et je sais exactement où aller. Elle réagit au quart de tour et je dévore son cou lorsqu’elle spasme. Ses petits doigts ont un effet aphrodisiaque et j’ai juste envie de la prendre, là, de suite, sans attendre. Elle roule et je la laisse faire parce qu’elle n’a pas de force, elle est flasque comme un mollusque et si je m’y oppose ça veut clairement dire que je serais quelqu’un que j’ai pas envie d’être. A savoir un connard. C’est connu, j’suis un mec bien. Elle est encore plus belle vue d’en bas, je louche sur ses petits seins trop mignons, mes favoris de tout l’univers, et je me contente de la contempler un sourire béat sur les lèvres jusqu’à ce que l’ordre arrive. J’sais pas pourquoi je me marre pendant trois secondes avant d’attraper les pans de son micro t-shirt qui sert à rien et de le relever, me redressant afin de porter le tissu jusqu’au bout de ses bras pour le dégager dans la même gestuelle que celle réservée à la bouteille de tequila. Ma main se plaquant dans son dos pour la ramener vers moi en même temps que je m’en rapproche et j’essuie cette petite larme sur sa joue avant de l’embrasser avec passion. Je dégrafe son soutien-gorge, surpris qu’elle en ait mis un, d’un geste rapide et je joue avec comme s’il s’agissait de deux leviers de vitesse comme ceux que j’ai bousillé dans les caisses de Dax en faisant des courses avec ma frangine dans une simulation de Mario Kart IRL. J’en prends soin comme mes petits bébés, c’est limite si je ne vais pas leur parler mais au lieu de ça je leur fait des bisous et des léchouilles. Je relève le regard vers elle pour voir sa magnificence de mes propres yeux. J’suis ému. « Tu es belle. Je t’aime ma Gigi. » La seule à qui j’arrive à l’articuler. Question d’égalité je dégage mon tshirt, prêt à boomer toute l’aprèm sur le toît de l’église..


▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁


astralité cokée
cortège en partance vers des latitudes impudiques pour éclabousser l’éminence pacifique.
Revenir en haut Aller en bas
kiss my ass
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t408-gigi-valium-dans-ton-re
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: some love behind pills. ft. lenny   Ven 15 Sep - 14:42
some love behind pills

featuring. le ginny

tenux du cux ƒ j’suis toujours là, bras tendus vers le ciel dans mon offrande douteuse à je ne sais quel dieu de la drogue d’une autre dimension. le tout sur ce putin de chant indien, je me sens légère comme une plume de canard et j’ai qu’une envie, c’est de me sentir toute proche de mon Lenny joli, de fusionner avec son corps entier, y compris ses poils de bite bouclés et adorables à m’en faire crever de bonheur.

j’en peux plus, je suis là alors qu’il torture mes mamelles de manière si sauvage que je suis à la limite de l’orgasme, comme une pétunia le jour de son éclosion, mon intimité est aussi serrée que le balais dans le cul de l’évêque des jaunes. je vois des étoiles danser autour de mes yeux, Lenny me rend tellement dingue que je suis sur le point de m’évanouir. peut-être que c’est déjà fait ? je sais pas trop, je reste là telle une poupée de chiffon raide dingue amoureuse de ma moitié.

chaque fois était comme la première, je sais pas trop si c’est le pouvoir du Xanax combiné à mon amour éternel pour lui ou tout simplement mon esprit qui s’enjaille à chaque fois que je croise le bout de ses oreilles.

je me laisse aller contre lui en enroulant mes doigts dans ses cheveux puis couvre son visage entier de baisers sucrés à la tequila, mordillant un coup ses lèvres, puis déposant une vague de baisers sur le bout de ses cils. tellement longs que j’aurais presque envie de m’y rouler dedans sur un air de céline dion.

alors il retire son t-shirt et je gémi comme une ânesse à la vue de son torse, toujours aussi fascinant malgré le nombre d’années que j’ai passés à le mater, pendant qu’il prenait sa douche et moi sur les chiottes entrain de pisser après un demi taz’ bien corsé. « je t’aime mon roudoudou. » que je lui dis en me jetant corps et âme sur lui après avoir ôté mon froc par je ne sais quel pouvoir vaudou. je me retrouve nue sur lui -ne trouvant aucune utilité au fait de porter une culotte. la musique en fond résonne toujours un peu plus fort tendis que l’odeur des bougies m’enivre. j’avais bien glissés quelques huiles essentiels aphrodisiaques dedans. puis dans la tequila. puis dans pas mal de trucs en fait. alors tout se déroule au ralentit, je flotte, à cheval sur mon étalon grecque bridé, laissant une vague onomatopée sortir de ma bouche, les yeux fermés.

puis je descend le long de son corps, laissant ma bouche explorer le bas de son ventre, cherchant de quoi la remplir. hop, magie, je choppe un truc, je suis pas trop sûre, je reste persuadée d’avoir sa queue entre mes lèvres mais j’ai chopé une boule. amen.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁


take your pill and shut up bitch Violet le matin. Bleu l'après-midi. Orange le soir. Les voilà mes trois repas, monsieur le petit malin. Et vert le soir. Aussi simple que ça. Un deux trois quatre.
Revenir en haut Aller en bas
ilgagsu's porn star
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t226-lee-lenny-porn-in-disgu
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: some love behind pills. ft. lenny   Dim 24 Sep - 20:39
some love behind pills

featuring. le ginny
$wag & lacet défait
Je la dévore toute crue ma Gigi, plantant mes crocs dans sa chaire là où je peux trouver de quoi faire. Faut dire qu’il y a pas grand-chose à manger et, qui plus est, sa viande est carrément toxique. Empoisonnée au xanax et à toutes ces merdes. Ca tombe bien, ça complètera ma propre panoplie. C’est mon terrain de jeu, j’y fais ce que j’veux, j’aurais jamais aucune interdiction et j’en profite.

Je remonte jusqu’à son visage pour laisser place à mes mains qui veulent elles aussi profiter des petites pommes de ma belle, j’veux l’embrasser mais elle me chope avant. Je suis couvert de baisers comme si c’était noël, embaumé par l’odeur de tequila qui s’en dégage. Ivre d’amours, on est trop poétiques putain. J’ferme les yeux doucement avec un sourire de béat, cajolé comme jamais. Ca m’apaiserait presque pendant cinq secondes ces p’tites attention mais ma testostérone m’appelle à autre chose là.

Elle se jette sur moi dans une énergie que je ne lui connais que dans ces moments-là, j’reçois l’offrande des dieux du cul : Gigi à poil sur le toit de l’église. Je prends, je m’en empare en glissant mes mains sur ses petites fesses toutes mignonnes dont je m’auto-proclame fan n°1, et elle glisse, elle glisse Gigi. Mes doigts remontent pour venir s’emmêler dans sa chevelure noir de jais et j’lâche un p’tit cri de surprise quand elle avale ma boule. J’crois qu’elle l’a décrochée. « Merde Gigi je…. » j’sens mon pouls dans mes tempes ça m’fait phaser sévère. « J’sens plus ma boule. » j’écarquille les yeux comme un merlan frit et l’observe tandis qu’elle relève ses mirettes vers moi. Ca m’soulage de ouf. Elle est encore là en fait tout va bien. « Non c’est bon mon ange. » je reste silencieux pendant quelques secondes comme si j’avais dit un truc éclairé avant de pouffer de rire face à ma super blague. Un ange qui baise sur le toit de l’église c’est archi drôle. On a jamais été aussi près du Paradis. « J’vais te donner des nouvelles idées pour tes bouquins. » que j’lâche avant de sceller mes chevilles autour de son petit corps. J’exerce une petite pression pour la ramener un peu plus contre moi et j'me mets à chanter un chant vodoo sur le rythme d'un incantation indienne. « Zimbalawaaaaa. Ahmmmmm. » j'commence à avoir du ahjussi power. J'balance ma tête de gauche à droite et prend une grande inspiration pour accompagner l'élévation de mon soldat en grand conquérent.


▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁


astralité cokée
cortège en partance vers des latitudes impudiques pour éclabousser l’éminence pacifique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: some love behind pills. ft. lenny   
Revenir en haut Aller en bas
 
some love behind pills. ft. lenny
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» kari ; i love you too new york city.
» Love pub souhaite se lier a Zone Pub [accepté]
» Tainted love.
» MADEMOISELLE ADAMS ◮ Yeah, Yeah ! This Is Love. (a)
» All you need is love

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
maggle2night :: haneul university :: quartier d, sud de l'université. :: ‹ église.-
Sauter vers: