radio haneul rumeurbox


mettre içi la description

 
➥ EVENT DE LA FAC : c'est ici les amis.
➥ LES TOP-SITES : ✧ viens voter mon enfant
➥ INSCRIPTIONS : ✧ merci de favoriser la maison CHEONCHIN & YEOWANG, merci mes p'tits loups ✧

Partagez | 
 

 ☼ object of extreme admiration (haena)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Saja undaunted
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t116-im-jaehwa-i-was-just-fi
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: ☼ object of extreme admiration (haena)    Lun 10 Juil - 18:01
admirationable

featuring. haena
L'admiration. Mine de rien, Jaehwa n'en donnait pas énormément. Il n'admirait pas les autres ; il les jugeait, les considérait, les regardait d'un oeil mauvais, peut-être bon, mais jamais, non, jamais, ô grand damn jamais, il ne les admirait. Admirer, pour lui,
ça revenait à s'assouvir - à se soumettre, à se donner, à se rendre et à abandonner. Admirer, c'était mettre quelqu'un d'autre au dessus de soi ;
c'était laisser sa place avec plaisir, avec joie et avec envie. C'était une vision fermée, étroite, mais c'était ainsi - Jaehwa n'aimait pas l'admiration, il ne la glorifiait pas et détestait admirer. Et pourtant. Et pourtant. Quand il était petit, il s'était épris d'une gymnaste. Enfin, petit ; il avait une dizaine d'années, presque quinze mais pas toute à faire quinze. Haena, qu'elle s'appelait. Jolie et gracieuse ; elle est devenu, en un coup d'oeil, son modèle féminin. Pas la personne qu'il veut devenir, non ; la personne avec qui il adorerait partager quelques moments privilégiés. Coeur d'artichaut, surtout, Jaehwa n'avait pas de mal à s'attacher à une image, tant qu'elle était potable. Et celle d'Haena l'était ; elle était celle qu'il aimait.

Bien entendu, ce n'était qu'un amour innocent - un amour amical, un amour admiratif. Un amour jamais communiqué ; quand il l'avait rencontré, petit, il n'avait fait qu'une chose : la regarder avec des coeurs dans les yeux. Puis il l'a vu ici. A Haneul. Il l'a vu, elle ; et si d'abord,
il a cru à un merveilleux hasard, maintenant, et après s'être improvisé stalkeur, il pensait à une pénible destinée. L'ancienne sportive refusait d'écouter Jaehwa - Jaehwa qui s'improvisait, depuis leur rencontre,
entraîneur. Il voulait la revoir reprendre son activité, revoir les rubans danser autour d'elle ; il en rêvait, pas d'une façon malsaine non plus -
juste comme un fan, un admirateur. Et, alors que la coréenne semblait le supporter de moins en moins lui, n'arrêtait pas. Têtu et persuadé que son avis, était le meilleur - si ce n'est l'avis qu'il fallait suivre.

Alors comme à son habitude, depuis quelques semaines déjà, Jaehwa rejoint Haena, qu'il a vu, à peine à quelques mètres du complexe sportif. Elle n'y va pas, c'est sûr ; elle devait juste traîner là, par hasard. Mais un bon hasard. Très bon. Puisqu'il ne tarde pas à trottiner jusqu'à elle, à lui couper la route et, tout sourire, à s'exclamer. « Haena ! » Elle est la seule, ou une des rares, à lui décrocher ce sourire - ce sourire tout simplement ravi, sincère, alors qu'il ouvre ses bras, pour lui montrer son affection. « Tu fais quoi ? Tu es prise ? On peut aller dans le gymnase, non ? Allez, viens. Viens ? »

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁

j'peux pas t'abandonner mon bébé

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: ☼ object of extreme admiration (haena)    Lun 10 Juil - 22:25

After a break up that hasn’t ended. I’m saying goodbye. I try to run far away... But I’m swept up by you again.
Si la médecine n’a jamais été une réelle vocation pour Haena, elle s’y écharpe jour après jour. Comment cela aurait-il pu être une vocation alors que son avenir semblait être promis à une toute autre chose ? Néanmoins, il faut vivre avec ce que les évènements vous imposent, alors elle a repris ses études comme tout le monde. Elle avait les notes pour entrer dans ce cursus, elle y est rentrée. C’est une bien triste histoire, mais c’est la sienne. La concurrence est considérable en médecine, l’exigence n’a pas de plafond. En soit, cela la stimule plus que de raisons. Elle se sent à son aise dans un domaine où les gens sont des requins et se battent pour être premiers. Celui qui est en tête de classement pourra prétendre aux meilleurs stages et surtout à la spécialisation qu’elle souhaite. Les fonds de classement ne pourront que se mordre les doigts en prenant ce que les meilleurs ont laissés comme miettes. Haena n’a aucune facilité particulière mais c’est une bosseuse, quand elle veut quelque chose, elle met en place les moyens pour assouvir la quête qu’elle s’est fixée. Elle a de l’ambition et l’ambition peut vous mener loin. C’est ce qu’elle pense en tout cas

Le temps est bon. Beaucoup d’étudiants profitent du soleil. Les groupes sont bien formés et les gens trainent entre fraternités, sororités. Ce communautarisme auquel Haena refuse clairement de prendre part. On a bien essayé de l’amener à en intégrer une, parfois, on l’a sollicité. Rien n’y fait. Même si elle ressemble à un OVNI au milieu de cette foule de groupe, seule avec elle-même, cela lui va bien. La solitude a toujours été une tendre amie pour Haena. Ce n’est pas que les autres la dérangent, c’est juste qu’elle pense tellement différemment que les gens ont du mal à admettre sa façon de penser. On la qualifie souvent comme une anticonformiste, même son conseiller d’orientation au lycée ne cessait de lui rappeler qu’elle devait se mettre à rentrer dans le moule. Qu’est-ce qu’elle a fait au lieu de ça ? Elle s’est teint les cheveux en rose avant de passer son entretien pour une place dans cette université en médecine. C’est un concept, pas très adapté, mais c’est le sien. Elle se cherche une place à l’ombre loin de cette cohue afin de travailler les cours du matin. Finir d’annoter, surligner les passages importants, tout ça avec son fidèle ordinateur dont elle ne se détache jamais.

Alors que la solitude et le silence l’apaise, qu’une place de choix attitrée semble lui tendre les doigts… Un appel surgit de nulle part la fait sursauter. « Haena ! » Elle aimerait autant ne pas reconnaitre cette voix, mais ce n’est pas comme si cette personne semble s’évertuer à la suivre partout dans les couloirs de l’université. Elle soupire faiblement. « Tu fais quoi ? Tu es prise ? On peut aller dans le gymnase, non ? Allez, viens. Viens ? » Ne se démontant et bien décidée à s’installer, elle s’assoit dans l’herbe, fouillant dans son sac pour en sortir son ordinateur. « Je t’ai déjà dit de ne pas m’appeler par mon prénom ». Ils ne sont pas amis non ? Il pourrait au moins utiliser les honorifiques. D’autant plus, que Haena est plus âgée qu’elle. Il y en a qui se ferait assassiner pour moins que cela. « Et que veux-tu que j’aille faire au gymnase ? J’ai déjà fait ma séance de sport du jour. Par contre, peut-être que toi tu devrais raffermir tout ça » lâche-t-elle d’un ton presque condescendant en laissant ses yeux passer du haut de son corps au bas de son corps. Jae Hwa n’est clairement pas dégueulasse, mais c’est plus fort qu’elle, Haena ne peut pas s’en empêcher.

« J’ai des cours à travailler » conclut-elle en espérant que cela le fera partir, même si elle en doute franchement. Cela fait plusieurs jours qu’elle se montre aussi détestable qu’elle sait l’être avec l’humanité entière et Jaehwa continue de s’accrocher à elle comme une moule à son rocher.  « Tu devrais réviser aussi au lieu de perdre ton temps des futilités. L’université ne dure pas éternellement » ajoute-t-elle froidement sans un regard pour lui. Le pire dans cette histoire, c’est qu’elle sait plus ou moins ce qu’il a derrière la tête et il est hors de question qu’Haena cède du terrain là-dessus. Elle a mis des années à se faire une raison, elle ne peut replonger.

   
Revenir en haut Aller en bas
Saja undaunted
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t116-im-jaehwa-i-was-just-fi
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: ☼ object of extreme admiration (haena)    Mar 11 Juil - 11:26
admirationable

featuring. haena
« Je t'ai déjà dit de ne pas m'appeler par mon prénom. » Futilité, il n'en a rien à faire, Jaehwa. C'est lui qui décide ; c'est lui qui dicte et qui dit, c'est lui qui fait et qui agit ; et même si ça ne plait pas à son idole du moment, il continuera. Alors il se contente d'un simple roulement d'yeux, d'un soupir presque silencieux et d'une envie incroyable de lui en mettre une. Mais Haena est une femme magnifique, intéressante et sans aucun doute captivante - hors de question qu'il la frappe et, pire, qu'il se la mette plus à dos encore. Jaehwa, pour la première fois de sa vie - enfin, une des rares fois, plutôt, privilégie l'affection de quelqu'un à ses envies. Qui l'eu cru. « Haena. » Un murmure ; il joue avec le feu et, au fond, il adore ça. L'idée de donner un sentiment, quel qu'il soit, à la femme qui lui fait face - ou plutôt qui s'installe sur l'herbe, pas si loin de ses pieds - lui plaît. En somme ; le coréen s'amuse. Il s'étire, suffisamment pour la laisser parler, lancer une énième diffamation, un énième rejet et une comparaison.   «  Et que veux-tu que j’aille faire au gymnase ? J’ai déjà fait ma séance de sport du jour. Par contre, peut-être que toi tu devrais raffermir tout ça  » C'est vrai. Totalement vrai. Jaehwa n'est pas musclé - à peine sportif, mais il s'en fout. Doux Jésus qu'il s'en fiche. Il ne fait pas non plus un culte de la maigreur, mais il n'est pas loin de la préférer aux muscles - sur lui, bien évidemment. Ceci dit, si aller dans une quelconque salle de musculation pourrait, éventuellement, pousser Haena à reprendre ses activités antérieures, Jaehwa n'aurait pas de mal à faire ce sacrifice.

Alors, et se fichant bien de l'avis de la rose, son derrière rejoint le sol, au grand damne de son jean. Tant pis pour les traces. En tailleur, son coude posé sur sa cuisse et sa main cachée sous son menton, l'orphelin tend l'oreille, écoute ses rejets successifs, un sourire amusé ne quittant pas ses lèvres. « J’ai des cours à travailler.   Tu devrais réviser aussi au lieu de perdre ton temps des futilités. L’université ne dure pas éternellement  » Oh, elle ne le sait certainement pas, mais ça, là, cet enchaînement de vérités, ça ne fait que concerner Jaehwa. Les cours, travailler et réviser. S'il pensait à l'aider, il se disait que non - non, puisqu'elle n'allait pas accepter et, ce serait gâcher non seulement son temps, mais aussi sa fierté. Il se soumettait déjà à l'admiration ; il n'allait pas non plus lui offrir son aide. « Ne t'en fais pas que je travaille, Haena. » Toujours là, à danser et à tanguer, à s'amuser et à titiller.

Un soupir, ses mains rejoignent le sol, et il s'étend, impatient. Il veut se lever. Il veut y aller ; il veut aller dans le gymnase, lui donner le ruban qu'il s'est fait chié à acheter, espérer lui soutirer une once de nostalgie, une envie de recommencer sa carrière. Jambes croisées, Jaehwa l'observe. Devait-il agir en gamin ? Voler son ordinateur et la contraindre à le courser ? Elle le dépasserait sans soucis. Sauf s'il se faisait plus adroit et malin qu'elle - et il le fera, non sans difficulté. Une fois l'ordinateur entre ses doigts, il n'aura qu'à la semer entre la foule qui arrive - et qui sera là dans une dizaine de secondes. Chose faite, il pourra se cacher dans le gymnase, rejoindre un coin de ce dernier, et l'attendre. Tout ce qu'il devait faire ? Etre précis. « Haena, je t'aime. » Diversion stupide, il prie pour que ça la perturbe - ce n'est pas une déclaration sincère, à peine murmurée, alors qu'il se lève, se redresse et se penche, attrape l'ordinateur pour, son sac toujours sur son dos, se mettre à filer. Comme prévu, il atteint la foule de sportifs, celle qui sort des vestiaires. Il se mélange à elle, bouscule et évite, contourne et croise, pour, tout en priant qu'elle ne le rattrape pas, rejoindre ce fameux coin. Coin où un ruban prône, coin où son derrière se pose à nouveau, assis, en tailleur, prêt à s'en prendre une ; mais fier de lui.

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁

j'peux pas t'abandonner mon bébé

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: ☼ object of extreme admiration (haena)    Jeu 13 Juil - 18:59

After a break up that hasn’t ended. I’m saying goodbye. I try to run far away... But I’m swept up by you again.
Quand il l’appelle par son prénom alors qu’elle vient de le sommer de ne pas le faire, Hae Na aurait pu prendre la décision de lui répondre mais au lieu de cela, elle décide de ne pas relever non sans un léger froncement désapprobateur. Tout ce que cherche ce garçon à l’évidence, c’est son attention, non ? Plus elle le repousse, plus il semble prendre un malin plaisir à continuer de la suivre. Les réponses de l’ancienne gymnaste sont clairement désagréables, elle ne fait aucun effort : pas même celui de poser son regard sur lui. Ce serait lui accorder bien trop d’importance. Jae Hwa est bien trop bruyant pour le monde d’Hae Na. La jeune femme aime sa tranquillité et le silence qui l’entoure, ainsi que cette solitude qui semble prendre un malin plaisir à l’enserrer entre ses bras. Cette solitude, elle l’a choisi. Elle ne voudrait probablement la troquer pour rien au monde, si ce n’est peut-être un retour flamboyant sur un tapis de gymnastique. Retrouver ce pour quoi elle était meilleure et pour quoi elle semblait destinée. Parfois, les parents d’Hae Na lui disent qu’elle a le droit d’être en colère, de tout envoyer valser… Mais elle ne les a jamais écouté. Son instinct l’a juste amené à être un peu plus fermée. Déjà qu’avant elle ne se dévoilait que lors d’une performance, engin en mains, maintenant c’est pratiquement mission impossible de la voir se décrisper.

Son ordinateur sur les jambes, Hae Na part à la recherche de ses écouteurs dans son sac afin de couper court à la conversation avec Jae Hwa. Il pourra toujours parler mais elle n’entendra plus ses mots. C’est une autre façon de lui faire comprendre que sa présence est indésirable, même si le pire des idiots l’aurait déjà imprimé. « Haena, je t'aime. » Elle arque un sourcil, pose son regard sur le garçon qui s’enfuit avec son ordinateur. Elle soupire. Il a quel âge sérieusement ? Cela ne fait que lui confirmer ce qu’elle sait déjà, la plupart des garçons qui se trouvent dans une fraternité sont incapables de penser différemment que ce qu’on leur inculque dans leur espèce de maison. Elle déteste les fraternités, réellement et sincèrement. Hae Na ne s’est jamais gêné pour l’exprimer. Ce système d’université ne lui a jamais fait envie. La seule raison pour laquelle elle s’est inscrite ici, c’est juste parce que leur cursus de médecine est un de meilleurs des pays. Ni plus, ni moins. La jeune femme suit Jae Hwa du regard qui se faufile dans le gymnase. Elle aurait pu lui courir après, mais à quoi bon gaspiller son énergie.

Elle range ses écouteurs dans son sac et se relève. Sa lanière vient retrouver son épaule. La jeune femme prend la direction de l’entrée du gymnase. Elle aimerait autant ne pas avoir à y mettre un pied, mais elle va y être forcée si elle veut espérer récupérer son ordinateur. La plupart de ses cours sont là-dessus, autant dire qu’elle ne peut pas travailler sans. Mais Hae Na ne compte pas non plus se battre pendant trois heures pour récupérer son ordinateur. Elle passe la foule de sportif qui quitte les lieux, non sans un soupir d’exaspération. Jae Hwa commence réellement à être ennuyeux. Elle finit par le retrouver, tranquillement installé. Faut dire qu’elle a pris son temps pour le retrouver et pour ne pas avoir à croiser les gymnastes de l’université qui la connaissent de réputation et de noms. « Sérieusement ? Tu as quel âge ? » dit-elle en repoussant une de ses mèches roses derrière son oreille. Elle n’est pas du tout essoufflée, elle n’a pas couru. Ce serait bien trop douloureux avec son genou, qui demande de l’attention et de la préparation avant tout effort.

« Peut-être que dans ton monde de dégénéré, être désagréable signifie de l’attention, mais chez moi… » Elle marque une pause pour choisir ses mots. « Cela veut juste dire : Fous-moi la paix ». Elle s’avance vers lui et récupère son ordinateur sans aucun ménagement, ne prêtant absolument pas attention à ce qui peut se trouver autour d’eux. Hae Na commence à être sincèrement énervée, elle est surtout mal à l’aise à cause des lieux. C’est beaucoup trop de nostalgie et de souffrance. Elle a mis trop d’années à s’en tenir écartée pour y revenir et risquer d’y replonger, juste en mettant le pied près d’un tapis. « Tu dois avoir des amis non ? Va les voir eux ». Elle range son ordinateur dans son sac, décidée à partir le plus loin d’ici. « Ah et j’oubliais. Ce genre de mots » Le je t’aime oui… « Cela ne se dit pas à la légère, même si la personne en face sait que c’est faux ».


   
Revenir en haut Aller en bas
Saja undaunted
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://404error-baby.forumactif.org/t116-im-jaehwa-i-was-just-fi
vas-y clic tu verras la vierge baby
MessageSujet: Re: ☼ object of extreme admiration (haena)    Jeu 13 Juil - 19:22
admirationable

featuring. haena
Dans son monde, rejeter ne voulait pas nécessairement dire détester. Jaehwa en était la preuve même - sa preuve ; il ne détestait pas ceux qu'il rejetait. Principalement, si ; mais il avait quand même souvent fait des exceptions, et avait rejeté ceux qu'il aimait avec une raison totalement.. banale - idiote. Un énervement passager, une occupation plus importante ; qu'importe, rejeter n'était pas détester. Alors non, il ne comptait pas foutre la paix à Haena. Il savait très bien qu'elle était têtue, fermée sur ses opinions et idées, et il le vivait merveilleusement bien. Il n'allait pas non plus la changer en une femme meilleure - puisque lui n'était pas un bon homme. Fondamentalement, il était.. méchant, mauvais, maladroit, distant, vicieux, malsain, même. Il n'avait pas peur de blesser les autres ; il n'avait pas mal quand il les voyait pleurer. Ce serait bien trop prétentieux que d'espérer changer quelqu'un - quand on ne cherche pas à se changer soi-même. « Peut-être que dans ton monde de dégénéré, être désagréable signifie de l'attention, mais chez moi.. Cela veut juste dire : fous-moi la paix. » Une évidence. Il savait qu'elle allait le rejeter. Haena le faisait toujours ; Haena n'arrêtait pas. Si ça, son rejet, ne le vexait pas, ne pas la voir remarquer ce qu'il avait si soigneusement acheté et préparé, l'énervait. Non seulement il y avait mi du temps - mais surtout de l'argent. Argent qu'il n'avait pas en masse ; argent dont il manquait souvent. Argent pour des futilités que l'athlète ne remarquait pas.

Sa mâchoire serrée, ses poings fermés et son regard dur, il l'écoutait d'une oreille distraite. Il se sentait stupide, honteux ; trop gamin et candide. Il aurait du se dire que c'était inutile - qu'elle n'allait pas remarquer ou, même, ne pas en vouloir. Mais il s'était cru, l'espace d'un instant, intelligent - assez malin pour que cela fasse quelque chose à la jeune femme. « Tu dois avoir des amis, non ? Va les voir eux. » Elle plonge encore les pieds dans le plat, augmente son agacement et lui, il se penche, il attrape le ruban, pour le balancer, sur elle, sans ménagement. Sa dernière remarque, il ne l'entend pas ; il se sent trop pitoyable pour s'y intéresser. Jaehwa finit donc par souffler, d'agacement, de honte, de gêne, de tristesse, presque. « T'es qu'une putain de- T'as conscience que ce ruban de merde, je l'ai payé une fortune ? » Il craque. « J'ai payé ça une fortune, et toi ? Tu me demandes si j'ai des amis ? Tu me dis que t'en as marre ? Cool, je sais que t'aimes pas ça, je suis pas con, bordel de merde. Je sais que ce que je fais, ça t'énerve, je sais que tu voudrais que je te foute la paix. J'ai mieux à faire, crois-moi ; j'suis pas dans le top cinq de ma promotion pour rien. J'perds mon temps et mon argent en toi, et pourquoi ? Parce que j'espère, ouais, je prie pour que tu reprennes ce que tu faisais merveilleusement bien, ce qui me faisait rêver quand j'étais môme et ce que t'as arrêté trop tôt. Pourquoi t'as abandonné un rêve à cause d'une stupide blessure, hein ? »

▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁▁

j'peux pas t'abandonner mon bébé

Revenir en haut Aller en bas
 
☼ object of extreme admiration (haena)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] AIDA64 Extreme Edition 1.85 gratuit
» Cosmos II + Asus Rampage IV Extreme 32Go - HD 7970
» RAMPAGE IV Extreme
» Test PCWorld - L'Asus Crosshair IV Extreme, l'ultime carte mère AMD ?
» 64 - MCS Extreme dit "pas abonné" sur Bbox Fibre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
maggle2night :: lendemains difficiles :: la poubelle. :: ‹ rps.-
Sauter vers: